Chine: les importations s’essoufflent, l’excédent commercial gonfle

deuxième économie mondiale

La Chine a vu ses échanges se modérer et son excédent commercial gonfler en juillet, les importations et exportations du géant asiatique connaissant un ralentissement inattendu, de nature à aviver les interrogations sur la demande intérieure du géant asiatique.

Le pays, au coude-à-coude avec les Etats-Unis pour le titre de première puissance marchande du globe, a vu ses importations grimper de 11% sur un an en juillet, à 146,9 milliards de dollars, a annoncé mardi l’Administration des douanes.

EFTG

C’est bien en-deçà du bond de 17,2% enregistré en juin et très inférieur aux attentes des analystes sondés par l’agence Bloomberg, qui tablaient en moyenne sur une progression de 18%.

De leur côté, les exportations de la deuxième économie mondiale se modéraient elles aussi, bien qu’enregistrant un ralentissement moins brutal: elles s’affichent pour juillet en hausse de 7,2% sur un an, à 193,65 milliards de dollars.

Là-encore, c’est très en-deçà des prévisions (les analystes anticipaient un rythme de croissance stable, à +11%), et la marque d’un essoufflement après l’accélération des mois précédents.

Outre une inflation moindre des prix à la production, ces décélérations reflètent « un ralentissement de la hausse du volume de biens échangés », insiste Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

« En dépit du sursaut au deuxième trimestre, le commerce chinois semble désormais sur une pente descendante, et le net ralentissement des importations (…) suggère que la demande intérieure chinoise s’affaiblit », avertit-il.

Et, selon lui, le durcissement de la politique monétaire décidé par Pékin, soucieux de dégonfler l’endettement colossal de ses entreprises, risque de peser encore davantage sur les importations au cours du deuxième semestre.

« La page de l’amélioration continue des importations chinoises est tournée et le mouvement s’inverse désormais », abonde Callum Henderson, un responsable du cabinet Eurasia Group cité par Bloomberg.

D’autres experts se veulent plus circonspects. « Ces chiffres des échanges commerciaux montrent des signes de modération » mais « l’expansion des échanges sur un an reste évidente », souligne Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit, pointant une demande intérieure toujours « robuste » et la bonne santé économique des partenaires de la Chine, Etats-Unis et zone euro en tête. L’excédent du commerce extérieur chinois a gonflé à 46,7 milliards de dollars en juillet, contre 42,76 milliards le mois précédent, selon les Douanes.

L’excédent vis-à-vis des Etats-Unis a reflué à 22 milliards de dollars contre 24,5 milliards un an auparavant. « Les tensions commerciales entre Pékin et Washington se sont modérées » quelque peu et « les échanges bilatéraux accompagnent désormais la dynamique de la coopération sino-américaine » dans le dossier nord-coréen, observe M. Biswas.

Afp