Les emprunts obligataires ont attiré mondialement plus de 355 milliards $ au premier semestre 2017

emprunts obligataires

Selon les données compilées par les gestionnaires d’actifs FTfm et Morningstar, les marchés obligataires primaires ont attiré plus de 355 milliards $ au premier semestre de cette année, contre 375 milliards $ sur toute l’année 2016. Cette performance qui intervient malgré les procédures de normalisation de politique monétaire de la plupart des banques centrales, témoigne de l’engouement des investisseurs pour des titres de créances à revenus fixes au niveau mondial. 

Fin mai, les entrées nettes sont déjà supérieures au montant mobilisé sur l’ensemble des années 2013 et 2015.

Selon les experts, les investisseurs à long terme se sont tournés vers les obligations comme couverture d’inflation. Les taux directeurs qui sont restés faibles les ont également contraints à rechercher le rendement du marché obligataire.

Mais, les relèvements des taux directeurs de plusieurs banques centrales – Etats-Unis, Canada, même l’Egypte et l’Afrique du Sud du coté africain – soulèvent déjà des inquiétudes quant au maintien de cette dynamique au second semestre 2017. Tout ceci, ajouté à l’annonce de la Banque centrale européenne (BCE) selon laquelle, la banque européenne pourrait changer sa politique monétaire, devrait entraîner une chute des taux obligataires. 

La fin de la politique décennale d’assouplissement quantitatif mise en place pour relancer les économies à la suite de la crise de 2008, s’annonce également et l’étau devrait se resserrer sur les perspectives du marché obligataire.

MDI Alger

Ecofin

Bessa, Résidence la Pinède