Blé dur : Les importations en baisse durant le 1er trimestre 2017

En blé dur, les importations des trois premiers mois de l’année 2017 ont atteint 0,49 millions de tonne (168 millions USD) contre 0,51 millions de tonnes (173 millions USD) en 2016, soit une diminution de -3,4% en quantité et -2,6 % en valeur. C’est ce qui ressort de la dernière note de conjoncture du mois de mai 2017 sur le commerce international des céréales publiée par l’ONFAA.

Cette note indique que les importations du blé tendre ont atteint 1,49 millions de tonnes (300 millions USD) lors des trois premiers mois de l’année 2017 contre 1,6 millions de tonne (321 millions USD) à la même période de l’année dernière, soit une diminution de -7% en quantité et 6,3% en valeur.

Une augmentation de 37% en quantité et 36% en valeur est relevée pour les importations de l’orge lors des trois premiers mois de l’année 2017 comparativement à la même période de l’année écoulée. Par ailleurs,  les disponibilités mondiales toutes céréales confondues ont augmenté de 5% pour atteindre 2,1 milliards de tonnes en 2016/2017, grâce à la production record des blés et du maïs.

Les importations Algériennes ont connu donc une baisse en quantité et en valeurs pour les blés et une augmentation en quantité et en valeur pour l’orge et le maïs.

Pour le blé dur soit – 3,4% tonnes donc -2,6 % USD, pour le blé tendre : -7,2 %tonnes ; – 6,3 % USD, l’orge par contre a augmenté de 37 % tonnes et +36% USD et le maïs : + 4,7 tonnes ; + 20% USD. Toujours selon la même note les estimations de la production mondiale ainsi que la consommation et les stocks toutes céréales confondues ont augmenté au cours de la campagne 2016/2017par rapport à la même période de la campagne écoulée.

L’ONFAA précise dans sa note de conjoncture que « la production mondiale toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) en 2016/17 est de 2.111 millions de tonnes, soit une hausse de 5 % d’une année sur l’autre ».

Les stocks mondiaux ont atteint 516 millions de tonnes, +8 % par rapport à la même période de l’année écoulée. « Essentiellement du fait des achats robustes par l’Inde, les prévisions d’échanges sont évalués à 345 millions, tout juste en dessous du volume record de l’année précédente. Quant à la consommation mondiale des, céréales en 2016/2017, le CIC a enregistré une baisse de près de 5% par rapport à la même période de l’année dernière (soit 2075 millions de tonnes) », indique-t-on.

MDI School