Sika Djazair : Perspective d’un deuxième site de production

SIKA Algérie

« Notre objectif est de réaliser un deuxième site de production à Alger, en plus de celui fonctionnel aux Eucalyptus. Outre cela, nous comptons ouvrir une filiale du Groupe en Oranie à la fin de l’année en cours et esquisser une réflexion sur la possibilité d’une autre au Sud, qui se joindront au centre de distribution basé à Sétif, chargé de l’Est algérien. ».

Ce sont là les déclarations du Président-directeur général de Sika Djazair, Paul Magera, lors de la conférence de presse organisé en marge du diner-gala célébrant les 70 d’existence de Sika en Algérie, ce mercredi, à l’Hôtel Hilton, en présence de Paul Schuler, P-dg du Groupe.

Précisant : « cette perspective vise à apporter une réponse aux besoins d’une demande locale croissante, touchant sept grands marchés, à savoir, le béton, la rénovation, le revêtement de sol, la toiture, le collage et le jointoiement, l’étanchéité, et l’industrie automobile ».

« Ce qui à terme, poursuit-il, nous permettra de mettre le cap sur l’exportation, après avoir, espérons-le, l’atteinte de 6 milliards de francs suisses de chiffres d’affaires, contre 5.75 milliards de francs suisses au titre de l’exercice 2016 ».

Mr Magera a aussi tenu à rappeler qu’« en trois ans, nous avons pu doubler notre chiffre d’affaires, notamment en investissant dans la formation du personnel, en instaurant une politique de recyclage de trois jours par an pour chaque employé et en augmentant le nombre de nos collaborateurs de 107 à 140 personnes. », en ajoutant que « deux postes de cadres ont été pourvus, et ce, pour apporter une empreinte managériale. Il s’agit d’un directeur d’usine et d’un responsable des ressources humaines (RH) ».

En matière environnementale, le P-dg de Sika Djazair a souligné que « notre stratégie est de créer plus de valeurs et moins de déchets, que nous avons renforcé par la réalisation d’une station d’épuration. Et ce, malgré que nous polluons, car notre système de production aqueuse. D’ailleurs, nous sommes certifés ISO 14 000 et ISO 18 000 ». 

Pour sa part, le Responsable de Sika pour l’Afrique, Jean de Marters, a révélé que « nous avons doublé notre représentativité en Afrique en deux ans, passant de 9 pays en 2014 à 18 pays en 2016. En sus, le continent africain comptera 2 milliards d’habitants à l’horizon 2050, ce qui n’est prévu nulle part dans le monde. Ceci engendrera plus d’urbanisation, et partant, davantage d’infrastructures et de matériaux de construction ».

A titre d’information, Sika existe depuis 1910 en Suisse, elle a été créée par Kasper Winkler, un chimiste inventeur du premier mortier  hydrofuge pour le tunnel du Saint-Ghotard. La société compte 17 000 collaborateurs essaimés à travers 190 usines de production. Sika, présente dans 97 pays, a été installée en Algérie en 1947, la première du Groupe sur le continent africain. En 2016, Sika Djazair a été classée deuxième du Groupe en Afrique, avec un chiffre d’affaire de 3.930 milliards de DA.

Elle possède une large de gamme de 2000 produits, tels que les adjuvants pour béton, les mortiers de scellement, les résines de sol époxy ainsi que les colles de dernière génération pour pare-brise à base de polyuréthane. Parmi les importants projets dont elle a pris part, on cite l’extension de l’aéroport d’Alger et l’autoroute Est-Ouest.

MDI School