AccueilActualitéNationalEau minérale : 42 exploitants s’acquitteront d’une redevance en 2017

Eau minérale : 42 exploitants s’acquitteront d’une redevance en 2017

- Advertisement -

Un total de 42 producteurs d’eaux minérales et de source devront s’acquitter cette année d’une redevance pour l’utilisation du domaine public hydraulique naturel, a-t-on appris, jeudi, à Constantine, de l’Agence de Bassin Hydrographique Constantinois-Seybousse-Mellegue (ABH- CSM).

Cette redevance fixée à un (1) dinar par litre d’eau expédié des unités d’emballage mise en bouteille, conformément au décret exécutif du 31 octobre 2016, concernera huit (8) entreprises à l’Est du pays, a affirmé à l’APS, Abdallah Bouchedja, directeur de l’ABH Constantinois-

The graduate Fair

Seybouse-Mellegue, en marge d’une rencontre régionale sur l’eau et l’environnement, organisée à la maison de  la culture Malek Haddad.

Versées une fois par an, ces redevances s’élèveront à des « milliards de dinars » et permettront, a indiqué M. Bouchedja, d’alimenter le Fonds national de l’eau, le budget de l’Etat, alors que 12% seront versés à l’Agence nationale de la gestion intégrée des ressources en eau (AGIRE).

Il a, à ce propos, précisé que le montant des redevances permettra de « réinvestir dans le secteur de l’eau », à travers notamment la réalisation de nouveaux projets.

Selon cette même source, l’AGIRE a pour mission d’élaborer un système de facturation, qui devra évaluer les volumes d’eau prélevés, et prendre en considération la quantité d’eau minérale ou d’eau de source expédiée des unités d’emballage en vue de procéder au recouvrement des redevances, et ce à partir de l’année en cours.

Dans ce même contexte, l’ABH- CSM a procédé également à l’installation de 70 compteurs d’eau en 2016 au profit des entreprises industrielles recensées, actuellement au nombre de 360 au niveau de ce bassin, en attendant de doter le reste des entités en compteurs ‘‘d’ici début 2018 au plus tard pour mettre un terme au paiement forfaitaire déclaratif’’, a-t-on également appris.

Détaillant les missions et les objectifs de cette ABH dans une communication dédiée à la présentation de l’agence, Leila Belkadi, cadre, a mis en exergue que cet organisme couvre une région s’étalant sur 44 348 km2 et englobant 14 wilayas, dont 9 sont intégrées en totalité et 5 autres partiellement, soit une population de plus de neuf (9) millions d’habitants, estimée jusqu’en 2017.

Mme Belkadi a également avancé qu’en matière de ressources hydriques, la région compte 18 barrages en exploitation, 2508 forages en exploitation, 23 stations d’épuration en exploitation et une station de dessalement à Skikda, d’une capacité de 100 000 m3.

D’autres thèmes portant sur l’eau et la santé publique, l’impact environnemental du barrage de Beni Haroun (Mila), l’impact des eaux usées industrielles sur l’environnement, ainsi que l’impact des déchets solides sur les eaux des oueds, ont en outre été abordés. Organisée à l’initiative de l’Agence de bassin hydrographique Constantinois-Seybouse-Mellegue et de l’association de protection de la nature et de l’environnement de la wilaya de Constantine (APNE), cette rencontre régionale a pour objectif de sensibiliser davantage sur la nécessité de préserver cette ressource naturelle et définir une stratégie visant à rationaliser sa consommation.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine