9ème Rencontres algéro-françaises des mines et des carrières : Des usines en partenariat fonctionnelles en 2018

sites miniers

« Un projet d’extension de l’installation de broyage fin à l’Entreprise nationale des granulats (Eng), à El-Khroub, dans la wilaya de Constantine, sera monté par nos soins en septembre 2017, les équipements y afférents seront, eux, livrés en juin de la même année ».

L’information nous été donnée par Rolan Reeb, ingénieur conseil au sein de la société Française, Poittmill, spécialisée dans l’étude et fabrication des équipements pour le traitement des minerais, rencontré lors des 9ème Rencontres algéro-françaises des mines et carrières, organisées par la Chambre de commerce algéro-française (Cciaf), et qui se tiennent les 28 et 29 mars à l’Hôtel Sheraton (Club-des-Pins).

Notre interlocuteur a tenu à ajouter que « Le projet est d’un coût de 3 millions d’euros, pour une capacité de 20 tonnes/heure, et devra être renforcé par le projet d’une nouvelle usine de broyage de carbonate de calcium ultrafin, pour une enveloppe financière estimée entre 10 et 12 millions d’euros, qui sera fonctionnelle fin 2018. », indiquant, toutefois, que « les termes du contrat entre Poitmill et Eng ne sont pas encore finalisés, mais on s’attend à des perspectives prometteuses en matière de création d’emplois et, surtout, de réduction de la facture d’importation en minerais ».

Outre ces deux marchés, Mr Reeb nous a révélé que « nous avons aussi un projet de traitement de la bentonite avec l’Entreprise nationale des Non-ferreux (Enof), la commande pour cette installation va être passée dans quelques semaines, notamment pour les équipements d’une nouvelle usine en partie importée à Maghnia, d’une capacité de trente tonnes/heure, pour un investissement de l’ordre de 5 millions d’euros et la création d’une quinzaine d’emplois directs ».

Enchainant, il a déclaré « il y aura aussi, toujours avec l’Enof, l’installation de barite au sud de Béchar, qui est au stade d’avant-projet, pour le courant 2018, et qui devra nécessiter 10 à 12 millions d’euros, 50 à 60 tonnes/heure ».

Enfin, notre interlocuteur a tenu à indiquer que « l’Algérie dispose d’un gisement minier indéniable, il suffit seulement de l’exploiter », en concluant que « c’est dans ce cadre que Poittmill, implantée au Nord de la France, est revenue sur le marché, il y a de cela deux ans, après l’avoir quitté des années durant ».

Les 9ème Rencontres ont vu la participation de quarante entreprises françaises et de 200 algériennes, spécialisées notamment dans le traitement et valorisation des minéraux, producteur de filtres presses et décanteurs, Concassage-criblage-lavage, maintenance sur installation de  traitement des minéraux, équipements vibrants.