L’Ambassade de France en Algérie va délivrer 420 000 visas pour cette année

visas pour la France

L’Ambassadeur de France en Algérie Bernard Emié, a révélé hier que 420 000 visas seront délivrés pour cette année. « Ce qui, a-t-il dit représente un chiffre énorme en termes de mobilité humaine et de flux des affaires ». S’exprimant lors d’un cocktail offert aux représentants des 80 entreprises, présentes au NAPEC 2017 qui se déroule à Oran, il a rappelé qu’ «  environ 3 millions d’algériens et de binationaux franco-algériens vivent en France, 300 000 liaisons aériennes entre l’Algérie et la France sont enregistrées chaque semaine ».

Exhortant les patrons français installés en Algérie à faire valoir ces arguments et à les ancrer dans leur esprit en insistant sur les avantages comparatifs qui donnent à la France une position confortable sur le marché algérien, il a souligné qu’en Algérie, il existe « 11 millions de francophones, les études scientifiques sont dispensées en français, les ingénieurs, les médecins reçoivent leur formation en français ».

Outre la langue, le diplomate a mis en exergue la proximité géographique, en évoquant la ville de Marseille considérée par « nos amis algériens et certains français comme la 49éme wilaya ».

Mr Jean pierre DeBono président du Club d’affaires pour le Développement des entreprises françaises en Algérie‎ (CADEFA) a révélé que « la CCI PACA a réalisé une enquête de sondage auprès de 1200 entreprises françaises et l’Algérie est ressortie dans le Top10 des pays où  sont implantées ces entreprises dans lequel elles espéraient prospérer ».

« C’est dire l’importance des événements  auxquels on participe et qui permettent aux nouveaux venus de prendre des contacts et bien sûr les fideles qui vont persister dans ce marché » a-t-il soutenu.

Les français cherchent également à pénétrer d’autres marchés du Sud, a suggéré l’orateur. Et voulant faire passer ce message aux opérateurs économiques de l’Hexagone, le président du CADEFA a expliqué que « nos administrateurs souhaitent que nous allions un peu plus loin que l’Algérie, vers l’ensemble du Maghreb et l’Afrique saharienne ».Ce qui fait, une étendue un peu plus large que l’Algérie, a-t-il étayé ces propos et ce, en présence du patron de Business France, le Directeur de la Chambre de commerce algéro-française, le Directeur de Total ainsi que le représentant d’Engie.

MDI Alger

Mr Bernard Emié a insisté sur une stratégie économique  plus « agressive » envers ces marchés en soutenant que l’Ambassade est disponible à  régler tout problème qui peut survenir tel que celui du visa d’affaires.

Bessa, Résidence la Pinède