Les dispositifs d’aide à la création d’entreprises, outils de promotion du développement local

développement dans la wilaya de Tlemcen

En marge de la deuxième et dernière  journée du colloque international sur l’économie solidaire organisé par l’association « femme active » de Tizi-Ouzou, tenu à la maison de la culture Mouloud Maameri, des représentants des différents dispositifs d’aide à la création de petites et moyennes entreprises et à l’emploi de jeunes, ANSEJ, ANGEM et  CNAC de la même wilaya, ont présenté et expliqué les différents modes de financement au profit des porteurs de projets.

Lors de son intervention, Mme Boubchir Dehbia, représentante de l’Agence Nationale de la Gestion du Micro-crédit (ANGEM) antenne de Tizi-Ouzou, a expliqué que « l’objectif principal de l’ANGEM en accordant ces micro-crédits, c’est pour permettre aux citoyens de s’auto-prendre en charge, en créant un petite entreprise et de ce fait atteindre un niveau de vie digne, et particulièrement, l’ANGEM, vise à encourager l’activité féminine en leur donnant l’occasion de créer des entreprises notamment dans l’artisanat».

Concernant les différentes formules de financements, la représentante de l’ANGEM, a précisé que  l’agence offre deux formules de financement. Des Prêts pour Achat de Matières Premières (ANGEM-Promoteur), il s’agit de microcrédits non rémunérés octroyés directement par l’ANGEM au titre de l’achat de matières premières. Ils ne dépassent pas les 100.000 DA. Ils sont destinés à financer ceux ou celles disposant d’un petit équipement et outillage mais qui sont dépourvus de moyens financiers pour l’achat de matières premières pour entreprendre et/ou relancer une activité.

Ce montant est élevé à 250000 DA au niveau de dix wilayas du Sud. La durée de remboursement ne peut dépasser 36 mois. Quant au financement Triangulaire (ANGEM – Banque – Promoteur), il concerne des crédits octroyés par la banque et l’ANGEM au titre de création d’activité par l’acquisition de petits matériels, matières premières de démarrage et au paiement des frais nécessaires au lancement de l’activité. Le montant du projet est plafonné à 1.000.000 DA. Le financement se présente comme suit : un prêt bancaire de 70%, bonifié à 100%; un prêt ANGEM non rémunéré de 29% ; un apport personnel de 1% ».

Dans le même contexte, la responsable a fait savoir que « les délais de remboursement peuvent aller jusqu’à 8 années  avec un différé de trois (3) années pour le remboursement du crédit bancaire », tout en précisant que « le taux d’intérêt bancaire est bonifié à hauteur de 100% du taux fixé par les banques et les établissements financiers», et de rassurer que « le dispositif est doté d’un fonds de garantie des crédits accordés par les banques, dénommé Fonds de Garantie Mutuelle des Microcrédits (FGMMC)».

MDI School