Bouchouareb défend son bilan et affirme que le projet Peugeot n’est pas encore finalisé

« Si le taux de 40 % d’intégration nationale n’est pas atteint en 5 ans en termes de pièces de rechange ;  le contrat de montage d’automobile sera résilié  avec le concessionnaire concerné » explique dimanche Abdeslam Bouchouareb, ministre de l’industrie et des mines, sur les ondes de la chaine III de la radio nationale.

Pour Renault Algérie, le taux a atteint aujourd’hui plus de  20 % ; alors qu’il a démarré à moins de 10%.  Il projette d’atteindre les 40 %  en 2019, a-t-il ajouté.  Quant au projet Peugeot, il n’est pas encore finalisé ; sans donner plus d’explications. Mais le ministre réfute l’idée de déclin de l’investissement. « Nous sommes en augmentation depuis 2015 ».  

Nous  sommes actuellement à 7780 projets  d’investissements en cours de réalisation. En valeur nous avons une hausse de 19% ; alors qu’en emploi, nous avons atteint 15% d’augmentation » a-t-il soutenu, s’appuyant sur l’augmentation de  l’IBS de estimé à 24% en 2016. Cela signifie qu’il y a, dit-il,  un élargissement de l’assiette fiscale des sociétés et création de nouvelles entreprises.

Selon les chiffres publiés par le CNRC, durant du premier semestre 2016, l’Algérie a enregistré, une hausse de 6%  en termes de création d’entreprises essentiellement dans le secteur de la production des biens et services.  Concernant  l’import- substitution, le ministre cite comme exemple  la filière de textile.            

Textile a connu une hausse de 11% en 2016

«  Complètement effondrée, la filière de textile a connu une croissance à deux chiffres  en 2016 ; soit 11%. Le complexe réalisé en partenariat avec les Turcs va rentrer en production au mois de juin prochain ; avec exportation de 60% de sa production. Dés juin, le contrat d’exportation de 2 milliards de dollars est déjà inscrit dans ce projet » affirme Bouchouareb .

Il  cite dans le secteur sidérurgique l’entrée en production du premier laminoir de Bellara en fin avril ; alors que le 2é laminoir d’El Hadjar va rentrer en production en mai. Ce qui projette, dit-il, la production sidérurgique vers l’autosuffisance vers la fin 2017- début 2018, en ronds à béton et fils machine.  

« Le secteur pharmaceutique se développe aussi ; ainsi SAIDAL va réceptionner aujourd’hui (hier) 4 grands projets d’investissements, situés à Constantine, Alger, Tipaza  et Cherchell  » affirme en outre le représentant du gouvernement. La valeur des investissements est estimée aujourd’hui, selon lui, à 7 milliards de dollars. Le secteur de l’industrie a fait un taux de croissance de 3,9 % en 2016, selon le ministre de l’industrie et des mines.