Un séminaire sur les règles d’origine s’ouvre lundi à Alger : Quel impact sur les entreprises algériennes ?

Les entreprises algériennes qui souffrent de manque d’informations et de formation paient souvent à leurs dépens la méconnaissance des règles d’origine. Elles n’arrivent pas à placer leurs marchandises ou services dans ces marchés « préférentiels » ou lesqu’elles y arrivent ; elles sont taxées injustement ; alors qu’elles ne devraient pas l’être. 

Or les règles d’origine sont sensées  promouvoir les productions locales respectives à l’exclusion des produits d’importations.  Et ce en termes de non-imposition et de taxes aux frontières douanières. Dans ce sens, l’Algérie a signé diverses conventions maghrébines, africaines et arabes notamment dans le cadre de la coopération bilatérale et multilatérale. C’est le cas notamment de la GZALE (grande zone arabe de libre échange) et d’une convention maghrébine.

Selon les experts, de nombreuses entreprises nationales n’en tirent pas en effet profit  de ces opportunités d’exportations de leurs produits. Les mécanismes juridiques et règlementaires de ces règles sont complexes et mal compris par les uns et les autres. Ainsi la chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) organise lundi à Alger (hôtel Hilton) en collaboration avec la direction générale des douanes, une nouvelle édition du séminaire sur les règles d’origine avec pour thème : « Les règles d’origine et leur impact sur le commerce extérieur de l’Algérie ».

Selon les organisateurs, l’objectif de cette rencontre est de promouvoir « une meilleure compréhension des règles d’origine et des procédures douanières applicables, de sorte que les exportateurs algériens hors hydrocarbures puissent effectivement bénéficier des opportunités commerciales préférentielles et profiter des avantages substantiels grâce à ces règles ».

Les entreprises sont invitées à assister à cet événement dans ce cadre du cycle de d’information et formation organisé périodiquement par la CACI. Il s’agit en fait de faciliter les exportations algériennes hors hydrocarbures dans les pays où l’Algérie a signé ces conventions bilatérales et multilatérales d’échanges commerciaux ;  en vue de promouvoir la production nationale dans ces pays sans taxation aux frontières douanières. Mais ce n’est pas toujours évident dans la pratique.

MDI School