Le protectionnisme menace les acquis de la mondialisation, selon Narendra Modi

Narendra Modi

L’accroissement de « l’esprit de clocher et des mentalités protectionnistes » menace les acquis économiques mondiaux, a estimé mardi le Premier ministre indien, Narendra Modi. « Un sentiment hostile au commerce et aux migrations et des mentalités relevant de l’esprit de clocher et du protectionnisme, qui vont croissant dans le monde, sont une donnée frappante, » a déclaré M. Modi à New Delhi.

« La conséquence [est que] les acquis de la mondialisation sont en danger et [que] les bénéfices économiques ne sont plus faciles à trouver », a-t-il poursuivi.

Les propos du premier ministre indien font écho à ceux du président chinois, Xi Jinping, le même jour au Forum économique mondial de Davos, qui s’est posé en champion d’une mondialisation irréversible. « Nous devons rester attachés au développement du libre-échange (…) et dire non au protectionnisme » et « toute tentative de stopper les échanges de capitaux, technologies et produits (…) est impossible et à rebours de l’histoire », a ainsi déclaré M. Xi.

Autant de piques visant implicitement Donald Trump: le milliardaire, qui s’installera vendredi à la Maison-Blanche, fustige de son côté une mondialisation libérale détruisant des emplois américains. Sans désigner aucun pays, M. Modi, a estimé qu’il fallait « se prémunir contre tout instinct ou inclination favorisant l’exclusion » dans un monde de plus en plus multipolaire.

« Ce sont les voix d’une multitude, non les vues de quelques uns, qui devraient décider des priorités mondiales » a-t-il ajouté.

Le Premier ministre indien s’exprimait à la conférence géopolitique annuelle « Raisina Dialogue », qui réunit pendant trois jours à New Delhi des hommes politiques et des responsables militaires en provenance de 65 pays.

AFP