HomeBanques-FinancesLes dépenses des banques africaines dans les fintech atteindront 3 milliards $...

Les dépenses des banques africaines dans les fintech atteindront 3 milliards $ en 2020, selon PwC

Les dépenses effectuées par les banques africaines sur les technologies liées aux services financiers progresseront de 200 millions $ en 2014 à 3 milliards $ en 2020.

L’information est contenue dans un rapport de la firme d’audit PricewaterhouseCoopers qui s’appuie sur un sondage effectué auprès de 21 dirigeants de banques sud-africaines, nigérianes et kényanes.

« 47% de la population mondiale seront nés à l’heure du numériques d’ici 2020, et ils auront accès à 20 fois plus d’informations qu’aujourd’hui. Il est donc évident que les progrès rapides de la technologie, sont en train de transformer le paysage social, en un univers plus mobile et axé sur le client, et où les consommateurs redéfinissent leur attentes en matière d’engagement et de rapport qualité-prix », explique le document.

Dans un tel contexte, 46% des dirigeants de banques interviewés au cours de l’étude, ont fait savoir, qu’ils sont déjà engagés dans des partenariats avec des sociétés de Fintech ou sur le point de le faire. Cette réalité présente cependant quelques disparités.

En Afrique du sud le système bancaire est assez mature. Les solutions de Fintech qui se présentent encore aujourd’hui comme un simple plus, notamment pour les services de banque de détails, devraient créer prochainement une rupture avec les services bancaires classiques. Car les grands groupes sud-africains y sont résolument engagés. Sur les 12 mois s’achevant au 30 juin 2016, les quatre plus grosses banques sud-africaines que sont Firstrand, Nedbank, Barclays Africa et Standard Bank, ont dépensé dans ce secteur jusqu’à 30 milliards de rands (soit 2,1 milliards $). Cela représente jusqu’à 15% de leurs charges d’exploitation cumulées de la période.

Dans les pays comme le Nigéria et surtout le Kenya, l’introduction des fintechs prendra la forme d’une simple amélioration des prestations. Au Kenya, les services bancaires dont le porte-monnaie mobile (M-Pesa) ou le compte bancaire mobile (M-Shwari) sont déjà pleinement opérationnels. Au Nigéria, outre l’évolution des services bancaires via des solutions technologiques, le milliardaire Aliko Dangote a, le 15 août 2016, annoncé le lancement de la première banque entièrement digitale. Son objectif affiché est de bancariser plus de 40 millions de personnes exclus du système bancaire traditionnel.

Agence Ecofin

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine