HomeénergieVers un consensus au sein des producteurs OPEP et non-OPEP

Vers un consensus au sein des producteurs OPEP et non-OPEP

Le ministre de l’énergie Nouredinne Bouterfa participe aujourd’hui à la réunion OPEP, non-OPEP. Il est  question de soutenir les recommandations issues de la rencontre OPEP du 30 novembre passé à Vienne et la consolidation de l’accord d’Alger sur la réduction de la production mondiale de pétrole à 32,5 millions de baril par jour. La réunion de ce samedi revêt une importance  capitale pour raffermir la collaboration entre l’OPEP et les producteurs hors OPEP pour l’aboutissement à un équilibre durable du marché.

Un comité  de suivi a été désigné lors de la réunion de Vienne, il sera composé du ministre de l’énergie de l’Algérie, du Koweït et du Venezuela, et sera chargé de veiller sur l’application de l’accord.

Depuis la réunion de Vienne les prix du baril connaissent une augmentation soutenue, atteignant les 53,42 dollars, un signe indéniable de la réussite des tractations et des discussions menées par la partie algérienne depuis la rencontre d’Alger en septembre.

Dans un communiqué rendu public par le ministère de l’énergie, il est indiqué que « la conférence de l’OPEP a tenu féliciter l’Algérie et son ministre de l’énergie M.Bouterfa, et le gouverneur de l’Algérie à l’OPEP M.hamel pour leur contribution exceptionnelle à la mise en œuvre de l’Accord d’Alger ».

Pour les observateurs de la scène énergétique, l’importance de la réunion de samedi, n’a  d’égale que le poids que représentent les producteurs hors OPEP sur le marché. Pour eux il est incontestable de composer avec des producteurs tels que la Russie, qui de par sa production est à même de faire basculer la tendance des prix.

En outre, après d’énormes efforts pour surmonter les difficultés imposées par les différents conflits qui minaient le marché, et aboutir à un accord applicable par tous, il s’avère hautement nécessaire de sceller cette accord, et aboutir à un consensus entre les producteurs OPEP et non- OPEP dans l’intérêt commun de préserver l’équilibre du marché.

Par ailleurs, les prix du pétrole montaient vendredi en cours d’échanges européens au terme d’une semaine qui a vu les prix se  stabiliser après leur hausse record liée à l’accord sur la production de l’OPEP.

Vers la fin de la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février valait 54,22 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 33 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour le contrat de janvier  gagnait 42 cents à 51,26 dollars.

Les cours de l’or noir renouaient avec les niveaux atteints lundi matin après avoir oscillé durant la semaine, alors que les marchés sont sous l’effet de l’annonce de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sur un accord de limitation de sa production de 1,2 million de barils par jour (mbj) en la ramenant à un plafond de 32,5 mbj pour six mois à compter du 1er janvier 2017.

L’accord des 13 pays membres de l’OPEP, qui vient en application de l’accord d’Alger de septembre dernier, est assujetti à une réduction de 600.000 barils par jour de la part des principaux producteurs non membres de l’organisation, dont la Russie qui s’est d’ores et déjà engagée à réduire sa production de 300.000 barils/jour.

«L’Opep a fixé des objectifs de limitation pour chacun de ses membres, c’est ce qui fait la force de l’accord et a été positif pour les marchés», ont précisé les analystes de DNB Markets.

Les analystes se tournaient désormais vers une nouvelle réunion, cette fois-ci avec des pays producteurs qui ne font pas partie de l’Opep, et qui se tiendra samedi à Vienne.

Cette rencontre, la première entre les pays de l’OPEP et non-OPEP depuis 2002, a pour objectif principal de rallier le plus grand nombre possible de pays hors-OPEP à l’accord portant réduction de la production.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine