HomeEntreprises-ManagementCréation d’une société mixte algéro-indonésienne dédiée aux autoroutes vers l’Afrique

Création d’une société mixte algéro-indonésienne dédiée aux autoroutes vers l’Afrique

Les Groupes publics algérien, GETRAMAR, et indonésien Wika (Wijaya Karya) ont procédé, aujourd’hui, lors de l’inauguration du Salon international des Travaux public, par leurs responsables respectifs, Brahim Akhrouf et Siddik Seragar, à la signature d’un accord de partenariat pour la  création d’une Société mixte algéro-indonésienne, dédiée à la réalisation des autoroutes notamment vers le Continent africain. La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjemaa Talai.

Le ministre a indiqué que « l’objectif de cet accord est de booster l’investissement dans le domaine des travaux publics, et de profiter du savoir-faire et technicité étrangères prônées en la matière », ajoutant que, « notre souci est également de dynamiser le partenariat public/privé, à travers un texte de loi qui sera ultérieurement promulgué».

Le ministre a, également, affirmé que « en janvier 2017, le tronçon sur 50 km de la pénétrante Bouira (Sidi Mansour)-Béjaia d’une distance de 100 km, sera ouvert à la circulation ». Au sujet de la ligne ferroviaire reliant Bordj Bou Arreridj-Thénia, il soulignera que « la priorité a été d’opter pour l’étude déterminante du couloir, avant de lancer le chantier de réalisation »

Concernant le Salon qui se déroulera jusqu’au 27 novembre, Mr Talai a précisé que « sur les 400 exposants, la moitié est de nationalité étrangère, représentant 18 pays d’Afrique, d’Europe, et d’Asie ». Poursuivant sa présentation du Salon, il a souligné que « ceci ne reflète que l’ambition de l’Etat à mettre au profit les solutions innovantes lancées dans d’autres pays».

Protocole d’accord entre Cnan-Nord et CMA-CGM

Il faut souligner que la France est le pays d’honneur, présente à travers 30 sociétés, dont quelques-unes ambitionnent d’investir en Algérie. A cet effet, la Compagnie nationale de navigation (Cnan), à travers sa filiale Cnan-Nord, et l’armateur français de transport maritime par conteneurs CMA-CGM ont signé récemment un protocole d’accord pour renforcer leur coopération, a-t-on appris auprès des responsables du groupe algérien.

Ce protocole d’accord vise à renforcer les liens de coopération en matière d’échanges d’expérience entre les deux compagnies maritimes et s’inscrit dans le cadre de la mise à niveau du secteur du transport maritime de marchandises en Algérie, a-t-on expliqué.

En vertu de cet accord, Cnan-Nord peut utiliser les navires de la Compagnie maritime d’affrètement-Compagnie générale maritime (CMA-CGM) pour transporter ses marchandises dans le cas où elle ne disposerait pas de navires.

Lorsqu’il s’agit de la même destination, Cnan-Nord peut également transporter les marchandises des clients de CMA-CGM depuis ou vers l’Algérie dans le cas où cette compagnie française ne disposerait pas de navires disponibles.

Il s’agit d’une coopération opérationnelle d’une ligne maritime commune reliant directement le Nord Europe et les ports d’Algérie a-t-on indiqué.

Le protocole d’accord prévoit aussi une coopération logistique entre les deux compagnies telles la location d’espaces à bord des navires océaniques de CMA-CGM et la mise à disposition d’équipements conteneurs.

La Cnan Nord est une filiale de la Cnan qui assure régulièrement le transport de marchandises depuis ou vers la Belgique, l’Allemagne, le Portugal, la Turquie et les Etats-Unis.

Dans l’objectif de satisfaire la demande croissante en terme de transport maritime, qui reste le principal mode d’acheminement (95%) de marchandises importées par les opérateurs économiques en Algérie, un plan de développement du pavillon national prévoit l’acquisition de 25 navires dont 18 cargos pour Cnan Nord et sept (7) navires pour Cnan Med, l’autre filiale du groupe Cnan.

Il faut rappeler que le pavillon maritime algérien dispose actuellement d’une quinzaine de navires et ne couvre actuellement que 1% du fret transporté, soit moins de 500.000 tonnes.

Par ailleurs, Il est aussi attendu la participation de trois délégations, kowétienne, mauritanienne et congolaise. Au menu du programme, des conférences animées par des experts nationaux et étrangers. Les thématiques retenues sont, entre autres, grands travaux d’infrastructure de base, équipements des infrastructures de base, topographie, mesure et contrôle de la qualité des matériaux.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine