Le CPA et le groupe Tahkout signent une convention pour un crédit de 90% sur les modèles Hyundai

usine de pièces de détachées

Un concours bancaire à hauteur de 90%, sera mis à la disposition des citoyens, sous forme de crédit pour l’acquisition d’un véhicule Hyundai assemblé par le groupe Tahkout, c’est ce qui ressort de la signature de la convention entre le DG du groupe Tahkout, Mahiedinne Tahkout et le P-Dg du Crédit Populaire Algérien(CPA), M.Boudiab. Effectivement, il s’agit d’un crédit couvrant 90% de la valeur du véhicule, avec un seuil de 03 millions de dinars.

Selon, M.Boudiab, un taux d’intérêt de l’ordre de 8% sera affecté à ce crédit, et ce sans les commissions y inhérentes. Le P-Dg du CPA précise qu’il s’agit d’un crédit remboursable entre 12 mois et 60 mois, selon les capacités des souscripteurs, avec une condition d’âge limitée à 70 ans. En outre, cette formule s’adresse à tous les particuliers ayant au moins une année de travail, incluant les retraités.

Par ailleurs, cette opération concerne l’acquisition de 8 modèles de la marque Hyundai fabriqués en Algérie, en l’occurrence, les modèles, i10, i20, i30, i40, l’Accent, Tucson, Elantra, et la Santa Fé. Ces derniers seront commercialisés à travers le réseau CIMA MOTORS, appartenant au groupe « Ce genre de crédit entre dans le cadre de la promotion du produit national, il est à rappeler que l’inauguration de l’usine d’assemblage et de montage de véhicules Hyundai à Tiaret, a été faite en octobre passé, avec une capacité de production de départ de 60 000 unités pour la première année » indique M.Boudiab. Précisant que cette capacité est appelée à atteindre les 100 000 unités annuellement, à partir de la seconde année de son entrée en production.

 De son coté, M.Tahkout affirme que son groupe ambitionne l’ouverture d’une seconde unité d’assemblage et de montage de vehicules d’une autre marque, sans préciser laquelle.

Parallèlement, le groupe se fera également accompagner par la Banque nationale d’Algérie, à travers une convention signée mardi passé, pour la mise en place d’un crédit couvrant 70% de la valeur du véhicule, pour un taux d’intérêt de 8,5% et une durée de remboursement de cinq ans, et ce exclusivement sur les modèles Hyundai.

Pour les observateurs, plusieurs détails importants demeurent à préciser, notamment sur le prix des vehicules, à combien seront proposés ces modèles « Made In Algéria » ? Seront-ils en adéquation avec le budget des citoyens, notamment, par cette conjoncture économique difficile ? D’un autre coté, l’interrogation est également portée sur cette différence en taux de participation entre deux banques publiques. Sachant que pour la majorité des souscripteurs, une couverture de 90% de la valeur du vehicule, avec un taux d’intérêt de 8% au lieu de 8,5%, sur la même durée  de remboursement, est sans conteste, plus avantageuse.

Bessa, Résidence la Pinède