La Corée du Sud va consacrer 5 milliards $ au financement de 61 projets en Afrique sur deux ans

projets en Afrique

Le ministre sud-coréen de la Stratégie et des finances, Yoo Il-ho (photo, à droite), a annoncé le 25 octobre que son pays a l’intention de consacrer 5 milliards de dollars au financement de 61 projets en Afrique durant les deux prochaines années. M. Il-ho a fait cette annonce lors de la 5e Conférence ministérielle sur la coopération économique Corée-Afrique (Korea-Africa Economic Cooperation/KOAFEC).

« Nous utiliserons tous les canaux disponibles pour renforcer la collaboration avec l’Afrique, comme le fonds KOAFEC, les programmes de partage des connaissances et le fonds sud-coréen dédié à la promotion de la coopération économique », a-t-il déclaré, indiquant que 5 milliards de dollars supplémentaires pourraient être mobilisés en faveur du continent en 2019 et 2020.

Parmi les projets qui seront financés en 2016 et 2017 figurent la construction d’un complexe agro-industriel en Ethiopie, la mise en place d’un réseau électrique en Tanzanie et le financement de la construction de centrales électriques en Egypte et au Botswana. M. Il-ho a présenté l’Afrique comme un continent au potentiel inexploité offrant de grandes possibilités, notant que les investissements sud-coréens en Afrique ont été multipliés par six depuis la première Conférence KOAFEC tenue en 2006.

La Conférence ministérielle KOAFEC a été organisée conjointement par le ministère coréen de la Stratégie et des Finances, la banque sud-coréenne d’import-export (Korea Eximbank) et la Banque africaine de développement (BAD). Des officiels représentant 41 pays africains, des représentants d’institutions panafricaines et de communautés économiques régionales ainsi que des PDG du secteur privé ont participé à cette manifestation.

Lors de la séance d’ouverture de la conférence, le président de la BAD, Akinwumi Adesina (photo, à gauche), a salué les progrès technologiques et économiques de la Corée du sud qui dépassent de loin ceux qu’a accompli l’Afrique, estimant que le continent a beaucoup à apprendre de la Corée du Sud. « Nous avions tant de points communs sur le plan des défis du développement, mais vous avez connu une croissance bien plus rapide et marquée que la nôtre », a-t-il souligné.

Accompagnée de 111 chefs d’entreprise, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye avait effectué fin mai dernier une tournée de sept jours en Afrique en vue de « renforcer les liens de partenariat et la coopération économique » avec le continent.

La Corée du Sud a déjà réalisé de nombreux investissements en Afrique. Ces investissements sont portés par des organismes publics comme la Korea International Cooperation Agency qui a financé des projets agricoles dans 21 pays du continent ou encore la société pétrolière SK Group qui compte des intérêts dans six pays africains ainsi que par des groupes privés comme Samsung et Daewoo. L’agence sud-coréenne de promotion du commerce et de l’investissement (Korea Trade-Investment Promotion Agency/Kotra) compte déjà des antennes dans sept pays africains, dont l’Ethiopie, le Ghana et le Cameroun.

Le commerce bilatéral entre l’Afrique et la Corée du Sud est passé de 5,7 milliards de dollars en 2000 à 22,2 milliards en 2011, selon les dernières statistiques disponibles.

Considérée en 2012 par l’OCDE comme un modèle en matière d’aide publique au développement (APD), la Corée du Sud reste le seul État au monde à être passé du statut de pays bénéficiaire de l’aide au milieu du siècle dernier à celui de donateur en 2009.

Source : AFP