Total mise sur le Brésil en s’alliant avec Petrobras

droits d'exploration de Petrobras

Le français Total a noué lundi une alliance stratégique avec le Brésilien Petrobras, un gage de confiance envers le potentiel énergétique et économique du géant Sud-Américain qui s´apprête à prendre des mesures drastiques pour tenter de sortir de la crise.

« Il s´agit d´un accord d´un nouveau genre parce que l´idée, c´est d´arriver à se développer avec Petrobras au Brésil, non seulement dans l´amont, l´exploration et la production, mais aussi dans l´aval, notamment dans le gaz et l´électricité, où Total cherche également à se développer », explique à l´AFP le PDG du groupe français, Patrick Pouyanné.

« Les deux entreprises s´engagent à évaluer conjointement les opportunités au Brésil et à l´étranger dans des secteurs-clé d´intérêt mutuel », a précisé Petrobras dans un communiqué.

Avant de parapher officiellement le protocole d´accord, à Rio de Janeiro, M. Pouyanné a rencontré le président du Brésil, Michel Temer, qui, dans un discours prononcé dans la matinée, a assuré qu´ »après une période de récession importante, le gouvernement prend des mesures pour créer un environnement favorable aux affaires ».

Un message reçu cinq sur cinq par le PDG de Total. « Le Brésil a vécu deux années un peu délicates, à cause du prix du pétrole, et aussi pour des raisons domestiques. Mais il y a une nouvelle dynamique qui se veut ouverte aux intérêts privés et internationaux ».

« On sait que le futur n’est pas un long fleuve tranquille », a ajouté le patron de Total. « Le prix du pétrole est tombé de 100 à 50 dollars, le Brésil était l’économie qui avait la plus forte croissance il y a 4/5 ans et a plus de difficultés en ce moment. Les fondamentaux reviendront: il y a du pétrole, il y a du gaz au Brésil, c’est un grand marché. Le monde a besoin de pétrole et pour avoir du pétrole, il faut investir », argumente-t-il.

« Cet accord s´insert dans un moment important de relance de notre secteur ici au Brésil », a confirmé Pedro Parente, président de Petrobras depuis mai.

– Risques partagés –

Le géant brésilien a annoncé récemment une réduction de 25% de ses investissements sur la période 2017-2021.

Mais le cours de son action s’est envolé vendredi, l´agence Moody’s ayant relevé sa note de B3 à B2, avec une perspective qui passe de « négatif » à « stable ».

Confronté à un endettement massif lié aux conséquences du vaste scandale de corruption politico-financier qui le secoue et à la chute des cours du pétrole, le géant brésilien a lancé un programme de vente d’actifs.

« Le nouveau patron de Petrobras a mis en place une nouvelle stratégie, dans laquelle des partenariats avec des grands groupes internationaux ont leur place. Comme cela correspond également à ce que nous cherchons à faire, nous avons réussi à nous rencontrer », décrit M. Pouyanné, qui prévoit des premières annonces concrètes « d´ici Noël ».

« Ce n´est pas une opération strictement transactionnelle. Il s´agit d´une partenariat à travers lequel nous partageons les risques, tout en réduisant les coûts, sans compter les échanges de technologies », renchérit M. Parente.

« Comme il n´y a pas de pétrole et de gaz en France, Total s´est développé à travers des grands partenariats avec des compagnies nationales. On l´a fait au moyen Orient, avec Abou Dhabi, en Afrique, avec l´Angola. Là on a rencontré Petrobras, avec qui nous partageons des valeurs communes, notamment pour ce qui est de l´excellence dans le Deep Water, le très grand Off-shore », rappelle le PDG de Total.

Les deux compagnies sont déjà partenaires au sein de 15 consortiums d´exploration et production, neuf d´entre eux au Brésil et six dans d´autres pays.

L´un des projets-phare est le champ pré-salifère Libra, dont les réserves sont estimées entre 8 à 12 milliards de barils de brut.

« Libra est un projet géant, avec des gigantesques gisements. Nous allons parvenir à exploiter Libra pour moins de 20 dollars le baril, c´est donc un projet très compétitif. C´est de ce genre de projet dont nous avons besoin », conclut M. Pouyanné.

MDI Alger

Source : AFP

Bessa, Résidence la Pinède