Pétrole: Un prix du baril entre 50 et 60 dollars à moyen terme

Pétrole offre mondiale recules

Malgré la réussite de la réunion informelle de l’Opep à Alger, où les membres ont décidé la réduction de la production, les analystes restent prudents, prévoyant que les prix du baril  devraient rester dans une fourchette de 50 à 60 dollars en 2017 et au-delà. Un avis partagé par Fatih Birol, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’Energie (AIE), qui lui aussi déclaré à l’agence ‘Bloomberg’, que « toute hausse des prix autour de 60 dollars le baril donnerait un signal fort à l’industrie américaine du schiste « .

D’autres par contre estiment que  la période de dépression des prix semble désormais passée. En effet, le récent rebond des cours devrait encourager certains producteurs, en particulier les exploitants américains de pétrole de schiste à augmenter leur production, ce qui limitera la hausse des cours.

Les patrons des trois plus importants négociants mondiaux de pétrole, Vitol Group, Gunvor Group et Mercuria Energy Group, ont dit pour leur part tabler sur un cours du brut situé entre 55 dollars et 58 dollars d’ici à un an.

Notons que les prix du pétrole reculaient aujourd’hui jeudi en cours d’échanges européens, alors que les marchés restent prudents face à une offre trop élevée pour une demande en croissance faible.

Selon Romandie, vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 52,13 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 54 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Kia Sportage

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour l’échéance de novembre, dont c’est le dernier jour de cotation, était en baisse de 55 cents à 51,27 dollars, toujours selon la même source. Rappelons que les cours du pétrole s’étaient renforcés mercredi après les publications sur les réserves américaines d’hydrocarbures, le Département américain de l’Energie (DoE) estimant qu’elles avaient à nouveau reculées la semaine dernière, pour la sixième fois en sept semaines.

Bessa, Résidence la Pinède