Le port de Cherchell va dynamiser les exportations vers l’Afrique

Le port de Cherchell

Le projet du Port de Cherchell destiné au transport de marchandises, est considérée parmi les plus grands projets en cours en Algérie, car devant constituer un pôle de développement économique d’importance, après son raccordement aux réseaux ferroviaire et aux autoroutes l’habilitant ainsi aux échanges commerciaux avec l’Afrique. On mise énormément sur cette infrastructure pour dynamiser l’exportation vers ce Continent.

Le port comptera 23 terminaux, d’une capacité de traitement de près de 6,5 millions de containers/an, avec 25 millions de tonnes/an de marchandises, l’habilitant à devenir un véritable pôle de développement économique, après son raccordement programmé aux réseaux ferroviaire et autoroutier, en plus d’une zone logistique de 2.000 hectares.

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjemâa Talai a indiqué à l’Aps en marge de la signature, au pôle universitaire de Koléa, ce jeudi, d’une convention de partenariat entre la Société générale maritime et l’Ecole supérieure de commerce que « le chantier de ce port commercial est programmé au lancement en mars 2017, soit après le parachèvement des études techniques inhérentes au projet, prévu en janvier prochain ».

Un protocole d’accord (sur la base de la règle  51/49,  portant réalisation du nouveau port commercial du Centre, prévu sur le site d’El Hamdania à Cherchell (wilaya de Tipasa), a été signé le 17 janvier 2016 à Alger entre le Groupe public national des services portuaires et deux (2) compagnies chinoises.

L’accord stipule la création d’une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et des deux (2) compagnies chinoises, qui sont CSCEC (China state construction corporation) et CHEC (China harbour engineering company).

« ce projet, dont le coût est estimé à 3,3 milliards de dollars, sera financé dans le cadre d’un crédit chinois à long terme » a expliqué le directeur des ports au ministère des Transports, Mohamed Benboushaki, qui a ajouté que « lors de la signature du  mémorandum d’entente, il a été conclu  que la réalisation du futur port d’El Hamdania  se fasse dans un délai de sept (7) ans, parallèlement à sa mise en service progressive, dans quatre (4) ans, avec l’entrée d’une compagnie chinoise, Shanghai Ports, qui assurera son exploitation ».

Pour rappel, le Conseil des ministres avait donné, en décembre 2015, son aval   pour la réalisation de cette importante infrastructure sur le site d’El Hamdania, à l’Est de la ville de Cherchell, qui selon le responsable du ministère « constituera un axe principal d’échanges commerciaux à l’échelle territoriale ».

Selon les prévisions du secteur des Transports, le volume du trafic portuaire de marchandises dans la région Centre du pays devrait atteindre les 35 millions de tonnes de marchandises/an et deux (2) millions de conteneurs de 20 pieds annuellement à l’horizon 2050, contre 10,5 millions de tonnes traités, actuellement par les ports d’Alger et de Ténès (soit un taux de 30 % seulement

MDI Alger