Ouverture des travaux de l’IEF15: 54 pays à Alger pour redresser la barre du marché pétrolier

La réunion ministérielle du Forum international de l’énergie (IEF15) a débuté ce matin au centre international des conférences à Alger.

La rencontre très attendue et sur-médiatisée pour cause des enjeux liés principalement à la chute des prix de pétrole sera une occasion importante de débattre des voix et moyens pour redresser la barre sur le marché international des hydrocarbures.

 54 pays et plus de 440 délégués ont pris part à cet événement. En tout ce sont 900 personnes prennent part à la rencontre dont les travaux se déroulent à huis clos à travers des tables rondes qui seront organisées durant deux journées.

Les thématiques des tables rondes portent sur les perspectives et les défis de stabilité des marchés gaziers, les défis du gaz naturel, la chaîne du GNL et ses implications sur la structure du marché, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique: les perspectives et les défis de l’après COP21 et enfin la gouvernance de l’énergie, le dialogue énergétique mondial revisité.

Les deux tables rondes seront consacrées à l’accès à l’énergie durable: un facteur critique pour le développement humain, et le rôle de la technologie dans le renforcement de la sécurité énergétique.

Les travaux de la conférence IEF15 seront sanctionnés par une déclaration qui résumera les discussions et les conclusions des débats lors de la rencontre.

Lors de son intervention le premier ministre Abdelmalek sellak a clairement évoqué devant les participants un « danger réel » qui menace tous les pays producteurs de pétrole dans le cas ou les prix actuels de l’or noir ne sont pas redressés.

« Dans ce monde tourmenté et incertain, il nous faut refuser le fatalisme et la résignation et regarder vers optimisme et résignation » a déclaré le premier ministre qui souligne que la chute du prix de pétrole aura des répercussions graves sur les producteurs et meme les pays industrialisés.

« L’Algérie milite pour un prix juste et raisonnable permettant les investissements dans la chaine énergétique, la rémunération des producteurs, la sécurisation des approvisionnements des consommateurs et la stabilité des marché » a ajouté Sellal.