Réunion informelle d’Alger : l’optimisme sans failles de Bouterfa

Nouredinne Bouterfa

A la veille de la tenue de la réunion informelle de l’OPEP, prévue le 28  de ce mois à Alger, le ministre de l’Energie M.Bouterfa maintient ses prévisions de réussite « Nous n’allons pas sortir à la fin pour dire que la réunion d’Alger a été un échec » déclare-t-il dans un entretien accordé, hier à l’APS. Appuyant ses propos sur le fait que tous les pays membres de l’OPEP seront présents. Fort d’une consultation internationale effectuée récemment à Moscou, au Qatar, et en Iran, M. Bouterfa assure que les pays hors OPEP et les pays membres ont émis leur volonté d’arriver à un consensus pour stabiliser les prix mondiaux du baril.

D’un autre coté, M. Bouterfa fait remarquer que l’Algérie jouit d’une position de conciliateur du fait qu’elle ne compte aucun conflit avec ces pays, et devrait optimiser les chances de tisser les toiles d’une entente autour d’un éventuel rééquilibrage du marché pétrolier « L’Algérie est un pays conciliateur reconnu pour ses qualités de dialogue et qui a l’avantage d’être en très bonne relation avec l’ensemble des membres de l’Opep. Nous ne sommes en conflit avec aucun de ces pays » affirme-t-il. Sur le même élan d’optimisme, le ministre de l’énergie rappelle que le dénominateur commun de tous les pays OPEP et non OPEP, demeure sans conteste la complexité de la situation actuelle du marché, et ses impacts négatifs sur l’ensemble des acteurs. C’est, selon lui, ce qui va considérablement joué en faveur d’une issue positive de cette réunion.

Or, les déclarations officielles et les rapports émis jusque là ne vont dans le même sens que les prévisions  de M.Bouterfa.  Est il nécessaire de rappeler que le dernier rapport de l’OPEP prévoit une augmentation de production des pays hors OPEP en raison de l’entrée en exploitation de nouveaux gisements. D’autre part, le rapport de l’AIE (l’agence internationale de l’Energie) ne prévoit nullement un retour de stabilité du marché pour l’heure. A cela s’ajoute la déclaration du secrétaire générale de l’OPEP qui affirme que cette réunion n’est pas destinée pour aboutir à des décisions.

Si à cela il faut ajouter l’avis des experts, qui fait état d’un constat sans appel sur la situation économique du pays, et soutiennent qu’un retour a des niveaux de l’ordre de 45 à 50 dollars le baril demeurent insuffisants pour maintenir un équilibre budgétaire et commercial.

MDI Alger

Pa ailleurs, pour l’agence Reuters, les principaux acteurs de cette réunion demeurent, la Russie l’Iran et l’Arabie Saoudite, du fait qu’ils ont atteint des niveaux de production importants, à même de leur permettre de garder leurs part de marché, même en cas de gel ou de réduction. Par ailleurs, l’Irak  prend le mauvais rôle dans cette rencontre, du fait qu’il ambitionne d’augmenter sa production pour atteindre  ses propres volumes de production.

Bessa, Résidence la Pinède