Scandale de la viande putréfiée de l’Aïd El Adha: Le SG de l’UNPA Mohamed Alioui accuse les maquignons

viande putréfiée de l’Aïd El Adha

« Nous n’avons aucun problème et nous n’avons rien à cacher au niveau de l’UNPA concernant le phénomène de la putréfaction de la viande de mouton de l’Aïd El Adha  car pour nous les éleveurs sont honnêtes ». C’est ce que nous a déclaré le secrétaire général de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui sur le scandale de la viande  putréfiée de mouton de l’Aïd. Il faut selon lui « interroger les gens qui ont connu ce problème sur le lieu où ils ont acheté leurs moutons de l’Aid afin de cerner les coupables s’il s’avère bien que  ce sont les techniques d’engraissement » qui sont à l’origine de cette avarie ». En ajoutant « Pour nous les choses sont simples. Nous connaissons très bien les sites et marchés qui ont été utilisés par les éleveurs venus de Tiaret, Naâma et d’autres wilayas. Il y a en tout 18 marchés à Alger, comme ceux de Dely Brahim et de Chéraga », nous dira Mr Alioui. Interrogé sur le nombre de de moutons affectés par  cet étrange phénomène, Mr Alioui dit l’ignorer et ne peut donc avancer de chiffre. Notre interlocuteur s’est indigné de cette situation en soutenant qu’ « Il ne faut pas toucher à la réputation des éleveurs. Il faut chercher du côté des revendeurs qui cherchent  le plus souvent le gain facile à tout prix et font tout pour l’avoir au détriment de la santé des consommateurs ».

Notons qu’une enquête pour élucider cette grave affaire, a été confiée aux services de la gendarmerie nationale au moment où certaines rumeurs font état de l’utilisation des « techniques d’engraissement »  inadaptées qui seraient à l’origine de l’altération de la viande du mouton.

Le phénomène de putréfaction de la viande de mouton de l’Aïd marquée par des taches verdâtres ou bleuâtres lors de sa congélation a été signalé par plusieurs consommateurs à travers le territoire national.

En attendant les résultats de l’enquête, les pouvoirs publics, de leur côté, tentent de rassurer en expliquant que ce phénomène est limité géographiquement aux wilayas d’Alger, Boumerdès, Chlef, Constantine et Blida et que les conditions climatiques qui ont caractérisé le jour de l’Aïd ainsi que les conditions d’hygiènes inappropriées pourraient être à l’origine de ces avaries survenues après le sacrifice du mouton.

MDI Alger

Pour sa part, le directeur des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Karim Boughalem a révélé, en marge des travaux du 11ème espace vétérinaire ouvert mardi à Mostaganem, que « des centaines de cas de viandes putréfiées ont été enregistrées depuis le 3ème jour de l’Aid El Adha sur un total de 4,5 millions de têtes sacrifiées lors de cette fête religieuse ». Le responsable a fait savoir que  « les analyses effectuées par deux laboratoires relevant de la Gendarmerie et la Sûreté nationales sont en cours pour déterminer la cause de la putréfaction de la viande ovine, chimique soit-elle ou médicamenteuse » en ajoutant que « tous les vétérinaires des secteurs public et privé ont été avisés pour apporter des éclairages sur ce phénomène » en précisant que « l’organisation du marché du bétail ne relève pas des prérogatives des services vétérinaires ».

Bessa, Résidence la Pinède