Une quarantaine de nouveaux aéronefs pour Air Algérie d’ici 2025

Air Algérie se dotera d’une quarantaine d’avions long courrier, dans le cadre du programme s’étalant de 2018 à 2025. C’est ce que vient d’annoncer le P-dg de la compagnie aérienne nationale, Mohammed Abdou Bouderbala, à l’APS. Les acquisitions visent le renforcement de la flotte à une centaine d’aéronefs, estimée actuellement à une soixantaine. Il y également attendu une augmentation des capacités de fret, car 75% du parc est constitué d’avions moyen courrier.

Ce nouveau matériel sera acquis sous différentes formes de financement tel que le leasing, déclare le P-dg. Ajoutant, en ce sens, que la Compagnie devra trouver les financements nécessaires pour ce faire, sans écarter l’éventualité d’un recours à l’extérieur, pourvu que la rentabilité de l’opération soit de mises. L’essentiel est que, selon Bouderbala, la nouvelle flotte soit opérationnelle au délai imparti au lancement du programme ; les moyens de le faire est secondaire dans la démarche initiée.

Pour se donner probablement du temps de prospecter, le programme sera scindé en deux. La première partie couvrira la période entre 2018 et 2020 durant laquelle seulement quatre appareils seront réceptionnés rien qu’en 2018, tandis que la seconde phase du programme, s’étalant entre 2020 et 2025, verra le restant de la logistique mise en service.

Pour rappel, dans le cadre de la mise en œuvre de son dernier plan de restructuration 2012-2017, opération d’acquisition de seize (16) avions a été lancée, pour un investissement global de 1,073 milliard de dollars (93,3 milliards DA), seulement au titre de l’exercice 2015-2016.

En 2015, huit (8) appareils avaient été réceptionnés composés de trois (3) Airbus A330-200 (250 à 300 places), trois (3) ATR (66 places) pour desservir des lignes domestiques, et deux (2) Boeing 737-800.

En guise de programme de maintenance et d’entretien de ses aéronefs, Air Algérie a également procédé à la signature d’une Convention Rolls-Royce dans la maintenance des aéronefs et la formation du personnel technique d’Air Algérie dans l’entretien et la maintenance, ponctuant le séminaire, « Les ressources humaines et la sécurité aéronautique », qui s’est tenue mardi 19 avril à l’hôtel Sheraton (Club des Pins)

En plus du renforcement de sa flotte, Air Algérie compte étendre ses destinations vers l’Afrique mais aussi l’Europe et l’Amérique, et ce, pour ne citer que celles-là, à travers la réception de la nouvelle aérogare internationale d’Alger en 2018, un « hub » régional et continental de transit de voyageurs, selon la formule qui lui est attribuée. Vers l’Afrique, dont les chemins de l’exportation vers elle se précisent de jour, il sera procédé, d’ici fin 2016 à 2017, à l’ouverture des lignes vers Libreville (Gabon) et Addis Abeba (Ethiopie).

Algérie-Budapest est la nouvelle ligne dont vient se gratifier la liste des destinations à l’international, au nombre de 44, que dessert Air Algérie. L’inauguration a été faite jeudi passée, avec à bord du Boeing 737-800 une centaine de passagers, dont le  ministre des Transports et des travaux publics, Boudjemaa Talai, le P-dg d’Air Algérie, Mohamed Abdou Bouderbala, le commissaire du gouvernement de Hongrie pour le Tourisme, Gustav Bienerth, des ambassadeurs accrédités à Alger dont celui de la Hongrie, Katalin Pritz Helga, ainsi que des hommes d’affaires, des journalistes et des voyageurs. Après deux heures et demie de vol, l’avion a atterri à l’aéroport international de Budapest, Franz Liszt.

MDI Alger

La nouvelle liaison, la première que lance une compagnie Maghrébine vers la Hongrie sans escale, faut-il le préciser, est fixée à deux fréquences hebdomadaires. Le dimanche et le jeudi, à 9h, à partir d’Alger, et à 14h, pour le retour de Budapest, sont les jours réservés aux 16 passagers en classe Affaires et 132 passagers en classe économique qui prendront l’avion.

Bessa, Résidence la Pinède