L’Eco du jour: Une synthèse quotidienne des faits marquants de l’économie algérienne et internationale rapportés par la presse

l'eco du jour

12 hôtels bénéficieront du droit de concession en 2017

Le journal Liberté nous apprend ce matin qu’une douzaine d’hôtels bénéficieront du droit de concession pour l’exploitation touristique des plages à l’effet de moderniser les prestations du secteur à Alger durant la saison estivale 2017.
Pour ouvrir de nouvelles opportunités d’investissement touristique à Alger, 12 hôtels d’Alger bénéficieront en 2017 du droit de concession pour l’exploitation touristique des plages suivant un cahier des charges, et ce, dans le cadre de la loi fixant les règles générales d’exploitation touristique des plages autorisées à la baignade, écrit le quotidien qui précise que les plages attenantes à ces hôtels seront exploitées suivant des conditions, et que ces derniers assureraient aux estivants des prestations de qualité tout au long de la saison estivale. Liberté rappelle que le parc hôtelier de la capitale compte 182 hôtels de différents types d’une capacité d’accueil de 20 000 lits. Ils offrent près de 9 000 emplois.

Pétrole : vers un gel de la production

Alger va accueillir, en fin de ce mois, les membres de l’Opep à l’occasion du 15e forum de l’énergie. En marge de cette rencontre prévue du 26 au 28 septembre, se tiendra une réunion informelle de l’Opep. Décisive ou symbolique sera-t-elle ? S’interroge le Soir d’Algérie pour qui les retombées sont encore imprévisibles.
Pour le journal, l’hypothèse d’un éventuel accord pour la stabilisation des prix du baril est l’espérance que nourrissent les experts vis-à-vis de cette prochaine réunion des membres de l’Opep à Alger. Le Soir revient sur les propos du vice-président de l’Association de l’industrie et du gaz, Abdelmadjid Attar qui a évoqué «des signaux positifs». Pour lui, le fait que les membres confirment leur présence constitue déjà un bon début. Toutefois, si le OK sur l’assistance a été communiqué, les réserves demeurent toujours sur les positions de chacun des participants face à un éventuel accord sur un gel de la production pétrolière. Le Soir d’Algérie rappelle que le déficit productif mondial dépasse les deux millions de barils aujourd’hui et qu’à travers son président Vladimir Poutine, la Russie, l’un des plus grands producteurs mondiaux de pétrole, a annoncé «une opinion favorable pour un gel de la production». A cet effet, A. Attar a signalé que la menace viendra probablement d’ailleurs, à savoir de l’Irak. Avec son potentiel productif et son attitude plutôt offensive quant au marché pétrolier, la position de l’Irak suscite beaucoup d’appréhensions.

Airbus fait sa rentrée avec une moisson de contrats

Airbus attaque la rentrée en fanfare, nous apprend les Echos ce matin. Selon le quotidien économique français, le groupe européen a décroché trois belles commandes pour 6,5 milliards de dollars au Vietnam. La signature des différents contrats est intervenue ce mardi matin à Hanoï, à l’occasion de la visite officielle du président français.
D’après les Echos, certains contrats ont fait l’objet de négociations de dernière minute jusqu’à ce mardi matin. Mais la compagnie a finalement annoncé la vente de 40 appareils à trois compagnies vietnamiennes : une commande de 10 A320 monocouloirs pour Jetstar, filiale low cost de Vietnam Airlines et de l’australien Qantas, d’une valeur de 980 millions de dollars au prix catalogue (878 millions d’euros) ; une autre de 20 A321 par la low-cost Vietjet Air (conclue à 6 heures du matin, heures locales) ; et surtout un engagement d’achat de Vietnam Airlines pour 10 A350-900 supplémentaires, pour une valeur totale de plus de 3 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros). « Ces contrats représentent une valeur de 6,5 milliards de dollars », a indiqué à l’AFP Sean Lee, porte-parole Airbus Asia.

Retraite à 60 ans : ce que dit le projet de loi

Le site d’actualités TSA est revenu sur le projet de loi modifiant et complémentant la loi du 2 juillet 1983 relative à la retraite et qui sera prochainement débattu et validé par le Parlement pour entrer en vigueur à partir de janvier 2017. D’après Tout sur l’Algérie, le texte fixe l’âge de la retraite à 60 ans pour les hommes et 55 pour les femmes. Il exige à toute personne prétendant « au bénéfice de la pension de retraite » d’avoir travaillé « pendant quinze ans au moins et versé les cotisations de sécurité sociale ».
« Pour pouvoir bénéficier de la pension de retraite, le travailleur doit avoir accompli un travail effectif dont la durée doit être au moins égale à sept ans et demi », ajoute le même texte qui donne la possibilité au travailleur de poursuivre son activité « au-delà de l’âge » de la retraite « dans la limite de cinq années, au cours desquelles l’employeur ne peut prononcer sa mise à la retraite ».
Et comme annoncé à l’issue du Conseil des ministres le travailleur exerçant un métier « présentant une haute pénibilité peut bénéficier de la pension de retraite avant l’âge » de 60 ans après « une durée minimale passée à ce poste. Toujours d’après TSA les femmes ne bénéficieront pas automatiquement d’une retraite anticipée et sont donc concernées par cette révision de la loi contrairement à ce qu’avait déclaré auparavant le Premier ministre.

MDI School