Médicament: La facture d’importation repart à la hausse

La facture d’importation de médicaments repart à la hausse.  En dépit de toutes les stratégies mises en place par le gouvernement pour promouvoir les produits locaux, l’état continue de débourser des centaines de millions de dollars pour satisfaire une demande dont les contours économiques ne sont pas clairs ni bien définis.

MixOil fête ses 20 ans

En effet, la facture d’importation des produits pharmaceutiques a augmenté de 10% au cours des sept premiers mois de 2016 par rapport à la même période de l’année 2015, en dépit d’une légère baisse des quantités importées, selon les Douanes.

Ainsi, la valeur des importations de ces produits s’est élevée à 1,14 milliard de dollars (mds usd) entre début janvier et fin juillet 2016, contre 1,03 md usd à la même période de 2015, soit une hausse de 10,17%, précise le Centre national de l’informatique et des statistiques des douanes (Cnis).

Quant aux quantités importées, elles ont reculé de 1,68% en s’établissant à 14.643,2 tonnes (t) contre 14.892,7 t entre les deux périodes de comparaison.

Par catégorie de produits, la facture des médicaments à usage humain s’est chiffrée à 1,07 milliard usd contre près de 984 millions usd (+9,6%), tandis que les quantités sont passées à 13.157,4 t contre 13.546 t (-2,87%).

Par ailleurs pour ce qui est des   médicaments à usage vétérinaire, les importations ont atteint près de 18,5 millions usd (410,6 t) contre 18,54 millions usd (442,4 t), soit des baisses de 0,27% en valeur et de 7,2% en volume.

Pour les importations des produits parapharmaceutiques, elles ont coûté 45,65 millions usd (1.075,2 t) contre 34,57 millions usd (904,3 t), soit une hausse de 32,04% en valeur et de près de 19% en volume.

Dans le cadre de la rationalisation des importations des médicaments, un arrêté ministériel publié en décembre 2015 avait fixé la liste des produits pharmaceutiques à usage humain et des matériels médicaux fabriqués en Algérie qui sont interdits à l’importation, rappelle-t-on.

Il s’agit de 357 médicaments composés de comprimés, crèmes et pommades dermiques, solutions injectables, suppositoires, pommades ophtalmiques et de sirop.

S’y ajoute également une liste de onze (11) matériels médicaux fabriqués localement et qui sont aussi interdits à l’importation telles les seringues, compresses et bandes de gaze et la bicarbonate de soude pour dialyse.

En 2015, les importations des produits pharmaceutiques avaient atteint 1,96 milliard de dollars (-22% par rapport à 2014) pour un volume global de près de 27.000 tonnes (-15,32%).

MDI Alger