HomeBanques-FinancesAbraaj Group consolide son portefeuille des services hospitaliers en Afrique du Nord

Abraaj Group consolide son portefeuille des services hospitaliers en Afrique du Nord

Le capital investisseur Abraaj Group, qui est focalisé dans les pays émergents, développe son projet visant à créer une holding hospitalière d’envergure dans la sous-région Afrique du Nord, à travers notamment son véhicule d’investissement spécifique North Africa Hospitals Holdings qui a été mis sur pied en mars 2015.

« Nous avons analysé l’Afrique du Nord, et nous nous sommes rendus compte que la région ne disposait pas d’un grand groupe hospitalier, qui pourrait bénéficier des synergies d’échelle. Nous en avons alors créé un », a confié Ahmed Bradeldin (photo), le directeur du groupe pour la zone MENA (Afrique et Moyen-Orient), dans un entretien accordé à Private Healthcare Investor, un média spécialisé dans le suivi des actions de Private Equity relatifs au secteur de la santé.

Au cours de cette année 2016, la firme a déjà consolidé en Egypte 4 grands groupes hospitaliers autour de Cleopatra Hospital, dont 20% du capital a par la suite été introduit sur le marché financier local (Egyptien Exchange) permettant du même coup de mobiliser 40,5 millions $. « Nous avons eu un fort soutien du marché et l’argent servira à financer notre croissance en Egypte, tant par l’acquisition de projets déjà matures, que par des investissements dans des initiatives nouvelles », a expliqué M. Bradeldin.

Après l’Egypte, Abraaj veut désormais répliquer le succès qu’il a rencontré en Tunisie. Il prévoit à cet effet de renforcer son portefeuille d’un quatrième hôpital, un processus au terme duquel sa filiale hospitalière locale sera introduite sur la Bourse de Tunis. Au Maroc l’approche sera différente. La firme d’investissement pourrait plutôt acquérir des centres spécialisés en matière de cancérologie et de diagnostics.

« En Egypte et en Tunisie, il existe de nombreuses chaînes de services hospitaliers, alors qu’au Maroc, la plupart des hôpitaux privés possèdent moins de 50 lits, ce qui rend difficile d’y reproduire ce que nous avons fait en Egypte et que nous sommes en train de réaliser en Tunisie », a fait savoir Ahmed Bradeldin. Abraaj est assez confiant de sa stratégie d’investissements dans les hôpitaux en Afrique du Nord et ne craint pas une perturbation de la concurrence sur le court terme.

Sur le marché financier égyptien, les titres de Cleopatra ont été suspendus de transaction, jusqu’à la publication par le groupe des conclusions du conseil d’administration qui s’est tenu le 28 juin 2016. Au moment de cette suspension, ils se négociaient à 9,4 livres égyptiennes de moyenne chacune.

Source : Agence Ecofin

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine