Six entreprises vietnamiennes souhaitent intégrer le marché algérien

vietnam

Des représentants de six entreprises vietnamiennes qui ont participé à la «Rencontre d’affaires Vietnam-Algérie» organisée lundi à Alger, en marge de la FIA 2016,  ont déclaré souhaiter évaluer les opportunités d’affaires en Algérie et rechercher des distributeurs de produits agricoles comme le thé, le café, le riz, les semences et les espèces animales, ainsi que des équipements médicaux et des produits de l’artisanat. Selon le site le Courrier du Vietnam, « La venue en Algérie d’hommes d’affaires vietnamiens pour rencontrer leurs homologues algériens de plusieurs secteurs est une preuve, en soi, qu’ils s’intéressent de près au marché vietnamien et aux opportunités qu’il offre ».

A déclaré que depuis 2014, c’est la troisième fois consécutive que des entreprises vietnamiennes participent à la Foire Internationale d’Alger, et que c’était pour la première fois que ce séminaire était organisé dans le cadre de cette foire. Le diplomate vietnamien a affirmé le but de cette rencontre, permettre aux entreprises des deux pays de se rencontrer et d’échanger les avis pour identifier clairement les opportunités de coopération en vue de contribuer au renforcement des relations de coopération économiques et de commerce entre les deux pays.

MDI Alger

«Bien que le nombre de participants ne soit pas très élevé, notamment d’entreprises vietnamiennes, nous apprécions vivement la signification de cette rencontre. Nous la considérons comme le début de notre «mécanisme de relations directes et permanentes» entre entreprises des deux pays. Nous espérons que le prochain séminaire attirera beaucoup plus de participants des deux pays», a déclaré, L’ambassadeur du Vietnam en Algérie, Vu Thê Hiêp, avant de souligner qu’afin d’assurer la réciprocité et l’efficacité de ce mécanisme relationnel, le Vietnam souhaitait que, dans l’avenir, les entreprises algériennes puissent participer activement aux foires et salons professionnels du Vietnam. Il a également souhaité « voir les institutions concernées des deux parties soutenir davantage leurs entreprises, donner plus de conditions favorables et instituer un meilleur environnement afin qu’elles puissent remplir leur rôle d’élite sur le front économique, dont l’économie extérieure, ce pour contribuer au développement et au renforcement des coopérations bilatérales ».

Bessa, Résidence la Pinède