Développement durable : GE et CDER signent un accord sur les énergies renouvelables

Afin de favoriser et initier le développement de projets collaboratifs innovants dans le secteur des énergies renouvelables en pleine expansion, General Electric a signé  une convention avec le Centre de Développement des Energies Renouvelables (CDER) en marge des portes-ouvertes organisées par ce dernier, le mercredi 1er juin, à Alger.

Evaluer les besoins en matière de recherches et de déploiement des énergies renouvelables en Algérie; de la production en passant par le transport, la distribution, et la gestion des équipements via des solutions numériques, voilà l’objectif de cette convention.

« Avec cet accord nous souhaitons aux côtés du CDER doter l’Algérie des meilleures technologies au monde en matière d’énergies renouvelables mais également en matière de réseaux. Nous nous réjouissons de cette collaboration que nous lançons aujourd’hui ainsi que de l’ambitieux programme gouvernemental de déploiement des renouvelables, qui permettra à l’Algérie de rayonner au niveau régional et de devenir un acteur majeur de la transition énergétique du continent Africain dans son ensemble  », a déclaré M. Touffik Fredj, P-DG de GE pour l’Afrique du Nord Ouest.

L’Algérie : un vivier considérable en matière d’énergies renouvelables

Quant à M. Noureddine Yassaa, Directeur du CDER, il a tenu à mettre en avant le potentiel  considérable en matière d’énergies renouvelables de l’Algérie, notamment « solaire, éolien, thermique, hydrogène et biomasse », en évoquant la nouvelle révision du programme National de Développement des Energies Renouvelables et l’importance de l’accompagnement des différents secteurs socio-économiques.

L’Algérie prévoit d’ici 2030 une production de 22GW d’électricité de sources renouvelables (soit le double de la capacité actuelle du parc national de production d’électricité). Cette capacité électrique est destinée au marché intérieur ainsi qu’à l’exportation. Cet objectif permettra une réduction de plus de 9% de la consommation d’énergie fossile à l’horizon 2030.