Lybie : le gouvernement d’union nationale signe son premier contrat pétrolier

Technip, l’équipementier français vient de signer un contrat pour moderniser une plateforme gazière au large de la Lybie. Ce contrat d’un demi-milliard d’euros est un espoir pour Tripoli et son tout nouveau gouvernement d’union nationale.

Le jeune gouvernement d’union nationale libyen obtient son tout premier gros contrat pétrolier. De nouvelles installations pour la plateforme gazière de Bahr Essalam devraient prochainement être livrées par le groupe français Technip. A titre d’information, cette plateforme appartient au consortium Mellitah, qui regroupe la compagnie italienne ENI et la compagnie nationale libyenne NOC, désormais réunifiée à Tripoli.

Pour le moment, une simple lettre d’intention fait état de cet accord, mais Technip jubile déjà. Avec une estimation du montant des travaux entre 500 millions et 1 milliard d’euros, c’est un coup de fouet pour le groupe français dans un contexte morose pour l’industrie pétrolière. Contexte qui l’avait d’ailleurs contraint à fusionner avec son concurrent texan FMC.

Ce contrat entérine un encouragement de la communauté internationale au nouveau gouvernement d’union nationale libyen

C’est à Paris, en présence du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, que ce contrat a été signé avec pour objectif de manifester un soutien renforcé au nouvel exécutif libyen. Le gouvernement d’union nationale, qui bénéficie de l’appui de la communauté internationale, a repris le contrôle de la compagnie pétrolière historique libyenne, la NOC de Tripoli, considérée désormais par l’ONU comme le seul canal de financement pétrolier légal en Libye.

Cette signature de projet d’accord avec Technip est aussi et surtout un signe que veulent lancer la compagnie nationale libyenne et donc le gouvernement d’union nationale au reste du monde, arguant une capacité à relancer le développement de la production libyenne d’hydrocarbures, divisée par cinq depuis la chute de Kadhafi. Et pour cause, cet accord fait miroiter à la Libye une hausse de de 40 % la production gazière de Bahr Essalam, qui expédie déjà par gazoduc sous-marin, 6 milliards de m3 de gaz en Italie, depuis 2005.

Les travaux d’installation se feront à l’abri des combats

C’est en mer, à partir de l’île de Malte que s’opéreront les travaux d’installation de nouveaux puits et de câblages, de surcroît, à l’abri des combats entre factions libyennes.

Les gisements offshore n’ont jamais subi d’interruption de leur production depuis 2011. Il n’en est pas de même des gisements terrestres, où les compagnies ont évacué les expatriés et où il sera beaucoup plus difficile de relancer la production libyenne.