L’Opep devrait à nouveau opter pour le statu quo

opep accord sur la production

La plus part des observateurs estiment que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) devrait à nouveau opter pour le statu quo lors de sa réunion semestrielle jeudi à Vienne.

« Avec un baril de pétrole qui avoisine désormais les 50 dollars le baril, et alors que la plupart des organismes internationaux du secteur s’accordent à prédire un rééquilibrage du marché d’ici à la fin de l’année, la probabilité que l’Opep infléchisse sa position par rapport à sa réunion de décembre est jugée hautement improbable », selon Zonebourse.

Pourtant, certains responsables des pays producteurs de pétrole avaient annoncé des pourparlers entre les membres de l’Opep avant cette réunion afin de relancer la question du gel de la production.

Mais, loin d’avoir préparé le terrain à un quelconque changement de stratégie, les spécialistes parlent d’incapacité des grands producteurs de brut à s’entendre sur une limitation de leur production comme fut le cas à la mi-avril à Doha. Beaucoup considère d’ailleurs cela comme le signe de l’absence d’une réelle volonté de réduire la surabondance mondiale d’offre, à l’heure où le marché semble bien parti pour s’en charger lui-même.

« Après que les réunions de Doha (en février et en avril) ont échoué à parvenir à un accord sur un gel de la production, il est peu probable que cette réunion ordinaire de l’Opep produise un résultat différent, surtout au moment où l’Iran continue de répéter qu’il n’a aucune intention de plafonner sa production de pétrole ou ses exportations », commente Fawad Razaqzada, analyste chez City Index, rapporté par Zonebourse.

Ce qui a largement contribué à l’impasse des négociations menées depuis le début de l’année sur un éventuel gel de la production au niveau mondial, c’est la rivalité opposant Téhéran, de retour sur le marché pétrolier à la faveur de la levée des sanctions occidentales, à l’Arabie saoudite, poids lourd du cartel. Rappelons que l’Opep avec 13 pays, qui produit environ un tiers du brut mondial, a pompé quelque 32,3 millions de barils par jour (mbj) au premier trimestre 2016.

Notons que les cours de l’or noir étaient mitigés ce mardi en Asie, les investisseurs demeurant dans l’attente de chiffres de l’économie chinoise et d’une réunion de l’Opep dans la semaine, selon Romandie.

Vers 03H30 GMT, le cours du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet progressait de 24 cents à 49,57 dollars, dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en juillet, cédait 2 cents à 49,74 dollars. Le marché devrait s’activer jeudi, grand rendez-vous de la semaine, avec la réunion des membres producteurs de l’OPEP à Vienne.

Les réunions des grands producteurs d’or noir sont toujours scrutées avec attention, même si peu d’experts tablent sur un accord pour geler les niveaux de production, après l’échec en avril des discussions sur une telle limitation.

Bessa, Résidence la Pinède