BAD: L’Algérie pour des financements compétitifs

secteur financier en Afrique du nord

Le ministre délégué chargé du Budget et de la prospective, M. Hadji Baba Ammi a plaidé à Lusaka (Zambie) pour des financements compétitifs, afin de faire aboutir la stratégie de la Banque africaine de développement (BAD) en Afrique,  indique, un communiqué du ministère des Finances.  Baba Ammi a tenu ces propos lors de son intervention à la 51ème réunion du Conseil des gouverneurs du Groupe de la BAD, tenue du 23 au 27 mai dans la capitale zambienne.

Pour que la stratégie de la BAD réussisse, a-t-il déclaré, elle doit nécessairement inclure des « actions transversales » comme le développement des infrastructures, la mise en place de programmes d’éducation adaptés et de qualité ainsi que des programmes de santé inclusifs.

Baba Ammi a insisté pour que les financements de la BAD demeurent « très compétitifs », ajoute le communiqué qui précise que les propositions faites par le ministre ont recueilli un grand appui de la part des gouverneurs de banques participant à cette rencontre régionale.

En marge de ces assemblées, le ministre a participé à plusieurs tables rondes consacrées aux questions de développement et de résilience économique.

Il s’est aussi entretenu avec le président de la BAD, M. Akinwumi Adesina, avec lequel il a discuté de la coopération entre cette institution financière et l’Algérie.

Adesina a exprimé sa satisfaction quant à la nature et au niveau appréciable des relations avec l’Algérie et a confirmé sa volonté d’accompagner le pays dans ses efforts de développement économique et social.

Baba Ammi a également eu des entretiens avec certains de ses homologues africains, avec lesquels il a procédé à un échange de vues sur la situation économique mondiale et ses répercussions sur le continent africain ainsi que sur l’état des relations bilatérales et les moyens de les développer.

Par ailleurs, le ministre a reçu, en audience, le président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

A l’occasion de cette rencontre, il a été examiné les possibilités de développer la coopération avec cette institution notamment en matière de financement des exportations algériennes, selon le communiqué.

La 51ème réunion du Conseil des gouverneurs de la BAD a eu pour thème « Energie et changement climatique « . Adesina s’est engagé à mettre en £uvre une vision pour l’Afrique basée sur cinq priorités: éclairer l’Afrique et l’électrifier, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations africaines.

A rappeler que le président de la BAD avait effectué une visite à Alger en avril dernier, au cours de laquelle l’Algérie et cette banque du continent africain s’étaient engagées à définir une stratégie de mobilisation des ressources en vue de contribuer dans le financement de la croissance du pays.

Adesina avait alors affirmé que la BAD était disponible à mettre à la disposition de l’Algérie ses outils et son expérience pour permettre au pays de poursuivre les réformes engagées afin d’assurer une croissance plus forte et inclusive.

Créée en 1964, la BAD compte aujourd’hui 80 pays membres dont 54 pays africains et 26 non africains.

 

Bessa, Résidence la Pinède