Appel à la grève du personnel de l’aviation civile en France du 3 au 5 juin : risque d’annulation de vols

aviation france

Tous les syndicats représentatifs de l’aviation civile appellent à la grève les 3, 4 et 5 juin pour demander l’arrêt des baisses d’effectifs et peser sur la renégociation de leur cadre social et indemnitaire, ont-ils annoncé mardi à l’AFP ou sur leurs sites internet.

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a précisé à l’AFP qu’une « prochaine et a priori dernière » réunion de négociation sur le cadre social s’appliquant à tous ses agents était programmée le 31 mai, « à la suite de laquelle on saura si les préavis sont maintenus ou pas ».

Selon les informations recueillies par l’AFP auprès des différents syndicats, des préavis Usac-CGT, Unsa, SNCTA, FO et Spac-CFDT ont été envoyés, ou sont en cours d’envoi. Les discussions sur le futur protocole « piétinent depuis de très longs mois et la situation est devenue intenable », écrit dans son préavis l’Unsa (deuxième syndicat), à l’origine d’une grève des contrôleurs aériens pour les mêmes raisons les 20 et 21 mars. « On a le sentiment qu’ils essaient de jouer la montre, donc on a déposé un préavis de grève », a indiqué pour sa part à l’AFP Olivier Joffrin (Usac-CGT), premier syndicat.  Au comité technique du 31 mai, « on espère avoir des réponses fermes et définitives à nos demandes de recrutements prévus dans les prochaines années », a-t-il ajouté.

Selon le délégué, la DGAC aurait récemment « promis une inflexion » du niveau de l’emploi: « on attend de voir à quel niveau », dit-il.  Ce niveau « doit être précisé lors du comité technique du 31 mai, à la demande des représentants du personnel », selon la DGAC.

Selon la CGT, la DGAC vit « au rythme de 116 suppressions d’emplois en moyenne par an depuis 2008, ce qui fait plus d’un millier de suppressions de postes en dix ans ».  Les réductions d’effectifs « commencent à se ressentir à tous les niveaux, des programmes techniques prennent du retard, il y a du sous-effectif permanent et de la souffrance au travail, et face à cela, la réponse de la DGAC c’est : « continuez à vous réorganiser », a déploré M. Joffrin.

Dans leurs préavis, les syndicats réclament également des revalorisations de primes, diverses mesures statutaires et l’amélioration des conditions de départs à la retraite.

AFP

MDI School