AccueilActualitéInternationalLe pétrole se replie incertain de l'impact des feux canadiens et du...

Le pétrole se replie incertain de l’impact des feux canadiens et du limogeage d’al-Nouaïmi

- Advertisement -

Les prix du pétrole creusaient nettement leurs pertes lundi en fin d’échanges européens, les investisseurs digérant les dernières informations concernant les incendies au Canada et la nomination d’un nouveau ministre du Pétrole en Arabie saoudite.

Vers 16H10 GMT (18H10 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 43,83 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 1,54 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

The graduate Fair

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en juin perdait 1,12 dollar à 43,54 dollars.

Orientés à la hausse en début de séance, les cours du Brent et du WTI sont repassés dans le rouge peu avant l’ouverture des échanges américains, dans un marché essayant de jauger l’impact sur l’offre mondiale des feux de forêts canadiens et du limogeage de l’emblématique ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi.

Le changement de ministre du Pétrole en Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, « peut être une des raisons (expliquant) que les prix du pétrole ne soient pas parvenus à maintenir leur avance du début (des échanges) », relevait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

« On s’attend largement à ce que le successeur d’Ali al-Nouaïmi, Khaled al-Faleh, ancien PDG du géant public Aramco, suive la stratégie de protection de parts de marché » qui a été jusqu’alors à l’oeuvre dans le royaume, poursuivait l’analyste.

Le nouveau ministre s’est en effet empressé d’assurer dimanche que Ryad allait « maintenir sa politique pétrolière stable ».

Autrement dit, ce remaniement a encore davantage réduit la probabilité qu’un accord sur un gel de la production soit conclu avec d’autres grands producteurs en dehors de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), comme la Russie, jugeait M. Razaqzada.

Le royaume, membre dominant de l’Opep, n’a eu de cesse de défendre ses parts de marché malgré une surabondance mondiale de l’offre qui a entraîné une dégringolade des prix depuis la mi-2014.

« Quelle voie va suivre le nouveau ministre ? », s’interrogeaient dans une note les experts de Commerzbank. « On peut penser que les cours du pétrole seront de nouveau employés comme une arme – mais cette fois contre les concurrents du pays au sein de l’Opep », et non simplement contre les producteurs de pétrole de schiste américains, ont-ils estimé.

La rivalité régionale entre l’Arabie saoudite et l’Iran, qui fait son retour sur le devant de la scène à la suite de la levée de sanctions contre Téhéran en janvier, est notamment considérée comme l’une des principales causes à l’échec de négociations entre pays producteurs sur un gel de l’offre à la mi-avril au Qatar.

« A court terme, (la nomination de M. Faleh) ne devrait en aucune façon changer la stratégie de conquête des parts de marché souhaitée par le royaume », commentait de son côté Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

« Toutefois, à plus long terme, le ministre ne manquera pas d’imprimer sa marque. Il sera donc pertinent de savoir dans quel sens il influencera le fonctionnement de l’Opep. Ce n’est pas un personnage nouveau mais son positionnement est mal connu par le marché, ce qui explique certaines inquiétudes », poursuivait l’analyste.

Le marché continuait en outre à surveiller les feux de forêt dans et autour de la ville de Fort McMurray, au Canada, alors que selon des premières estimations, cette catastrophe aurait réduit la production locale d’environ un million de barils par jour (mbj).

Après plus d’une semaine d’incendies dans la région pétrolifère de l’Alberta, l’avancée des feux ralentissait quelque peu lundi grâce à des conditions météorologiques plus humides mais les investisseurs restaient prudents en attendant les chiffres hebdomadaire de mercredi sur les réserves de brut aux États-Unis, dont le Canada est le premier pays fournisseur de pétrole.

Les prix du pétrole maintenaient leur tendance haussière lundi en cours d’échanges européens, toujours soutenus par les feux de forêts faisant rage au Canada et par la nomination d’un nouveau ministre du Pétrole en Arabie saoudite

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine