HomeActualitéNationalL’Eco de la semaine : Une synthèse hebdomadaire des faits marquants de...

L’Eco de la semaine : Une synthèse hebdomadaire des faits marquants de l’économie algérienne rapportés par la presse

Lundi : L’Algérie compte 10,6 millions de travailleurs

El Watan à publié lundi dernier les derniers chiffres de l’Office national des statistiques concernant le nombre de travailleurs et les détails sur les secteurs d’activités qui les emploient. L’Algérie compte une population active de 11,932 millions de personnes, répartie entre une population occupée de 10,6 millions de travailleurs et un nombre de chômeurs de 1,337 million d’individus, selon les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS) repris par le quotidien francophone.
La population occupée se compose de 8,66 millions d’hommes et de 1,934 million de femmes, indique le dernier bilan de l’ONS établi en septembre 2015 (derniers chiffres disponibles sur la situation de l’emploi et du chômage). Quant au salariat, il continue de constituer la forme dominante de la population occupée avec un taux de 69,8%.
La catégorie des employeurs et indépendants représente 28,7% de l’ensemble de la population occupée.
Quant à la structure de l’emploi selon le secteur d’activité, elle fait ressortir que les services marchands et non marchands absorbent 61,6% de la main d’œuvre totale, suivi par le BTP (16,8%), l’industrie (13%) et l’agriculture (8,7%).

Mardi : Le plus grand port de Méditerranée sera algérien !

Le Soir d’Algérie donne l’info en une. Le plus grand port de la région de la Méditerranée sera algérien. Il verra le jour en 2021 à l’ouest du pays, plus exactement dans la région de Cherchell. C’est l’information clé qui ressortait de la rencontre, qui a eu lieu entre le ministre des Transports et les cadres syndicaux de la Fédération des ports.
Les propos tenus par M. Boudjemaâ Talai à Oran ont eu lieu à l’occasion de la cérémonie portant signature d’un accord social entre la Fédération des travailleurs des ports affiliée à l’UGTA avec la tutelle, écrit le journal qui ajoute que le ministre des Transports a indiqué qu’il y a possibilité de financer le projet du futur port de Cherchell, dans la wilaya de Tipasa, sans compter sur le Trésor public.
Plus explicite, il dira que «nous pouvons financer le projet du futur port qui sera réalisé à Cherchell sans compter sur le Trésor public, car il s’agit d’une activité rentable». L’autre information qui a suivi la signature de l’accord entre les deux parties est celle relative à la mise en place d’une nouvelle organisation des ports. Une organisation qui a pour objectif selon la même source «la création de richesses et de l’emploi», conclut le Soir d’Algérie.

Mercredi : Corruption, l’Algérie toujours bien placée

Le rapport annuel de Transparency International, publié mercredi sur les colonnes de Liberté dévoile une corruption toujours croissante dans les pays arabes de manière générale, mais plus particulièrement dans neuf d’entre eux, où des ressortissants reconnaissent avoir versé un pot-de-vin en échange d’un service public.
Bien que les données varient grandement d’un territoire à un autre, le rapport de l’ONG anti-corruption rendu public indique que 61% des ressortissants de neuf pays arabes concernés par l’étude considèrent que la corruption a augmenté durant l’année 2015 dans certains pays. Il s’agit du Yémen, de l’Égypte, du Soudan, du Maroc, du Liban, de l’Algérie, des territoires palestiniens, de la Tunisie et de la Jordanie. C’est le sombre constat de cette étude menée par cette organisation, qui pointe du doigt une corruption toujours croissante, écrit la publication francophone qui considère que les résultats sont particulièrement négatifs pour le Liban, plongé dans une crise politique, et le Yémen, déchiré par un conflit. En effet, 92% des personnes interrogées au Liban, 84% au Yémen et 75% en Jordanie, pensent que la corruption a augmenté. Ce taux est toutefois, relativement moins élevé en Égypte (28%) et en Algérie (26%). Transparency International affirme que parmi les personnes interrogées, 77% des Yéménites et 50% des Égyptiens, ont reconnu avoir versé un pot-de-vin pour obtenir un service public contre 9% des Tunisiens et 4% des Jordaniens.

Jeudi : Commerce en ligne, l’Algérie n’est toujours pas prête

L’Algérie est loin d’être prête pour le commerce électronique, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié par le Huffington post Algérie. Faisant son entrée au 95e rang de l’édition 2016 du classement “B2C E-Commerce Index” après avoir été absent des rapports précédents, notre pays accuse un important retard, notamment comparé à d’autres pays africains.
Loin derrière l’Afrique du Sud (61e), la Tunisie (73) et le Maroc (79), et bien qu’ayant la quatrième plus grande économie du continent, l’Algérie apparait au 8e rang africain sur ce rapport de l’e-commerce établi par la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le Commerce Et le Développement), précise le Huffington qui considère que les facteurs pris en considération par ce classement, et qui sapent la performance de l’Algérie en matière de commerce en ligne, sont le taux de pénétration de l’utilisation d’internet, le taux de pénétration des cartes de crédit, le nombre de serveurs sécurisés et la fiabilité de la poste et des services de livraison.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine