Produits pétroliers: La production Algérienne atteindra 45 millions de tonnes par année en 2024

Le pétrole termine en hausse au terme d'une semaine très agitée

Le ministre de l’Energie, Salah Khebri a souligné ce jeudi que la production de l’Algérie en produits pétroliers atteindra le 45 millions de tonnes par an à l’horizon 2024 à la faveur de l’entrée en service des raffineries de Hassi Messaoud, Tiaret et Biskra.

Lors d’une séance plénière de l’Assemblée populaire nationale (APN), consacrée aux questions orales, M. Khebri qui répondait à une question du membre du parti du Front de libération nationale (FLN), Miloud Ferdi, a indiqué que la production annuelle de l’Algérie en produits pétroliers (essence, gasoil et autres), est passée de 24 à 30 millions de tonnes avec la réhabilitation des raffineries de Skikda, Alger et Arzew, ce qui a permis de réduire le volume des importations du pays en ces produits.

Selon le ministre, les capacités de production de l’Algérie devront continuer leur tendance haussière pour atteindre les 45 millions de tonnes avec l’entrée en service des unités de Hassi Messaoud et de Tiaret en 2020 et celle de Biskra en 2024, ce qui permettra d’augmenter la production annuelle de 15 millions de tonnes.

Ce volume de production permettra également de couvrir le marché local et de répondre à la demande des marchés étrangers.

M. Khebri a rappelé également le programme du secteur pour le renforcement des capacités nationales en matière de stockage des produits pétroliers portant sur l’élargissement des infrastructures de stockage et la réalisation de nouveaux centres de stockage dont trois à proximité des raffineries de Hassi Messaoud, Biskra et Tiaret.

Ces investissements permettront ainsi d’augmenter les capacités de stockage de 700.000 m3 à 2 millions de m3 en 2022, pour optimiser la durée de stockage de 12 jours à 30 jours.

M. Khebri a relevé que la consommation nationale en carburant a augmenté, (6,6% durant la période allant de 2010 à 2015), due notamment à l’augmentation du parc automobile (6 millions de véhicules), ce qui a poussé les autorités à recourir à l’importation pour répondre à la demande croissante.

Les importations de l’Algérie en carburant (essence et gasoil) sont estimées à 3,3 millions de tonnes (1,9 millions dollars).

Pour remédier à la situation, le gouvernement a pris des mesures visant la rationalisation de la consommation en augmentant les prix du carburant, l’encouragement de l’utilisation du gaz de pétrole liquéfié (GPL) tout en pensant à la généralisation du gaz naturel comprimé (GNC) comme carburant pour les transports en commun (autobus) dans les grandes villes.

L’Algérie occupe la 3e place au plan mondial pour ce qui est du recul du prix du carburant (essence et gazoil) après le Koweït et l’Arabie Saoudite et la 1ere place pour le Gaz de pétrole liquéfié (GPL), a précisé le ministre.

Le prix du baril de pétrole destiné au raffinage dans les usines algériennes a atteint 12 dollars, selon M. Khebri.

A une autre question du député du FLN, Brahim Boulkane sur les coupures, en janvier dernier, des approvisionnements des régions du nord de la wilaya de Sétif (Guenzet, Beni Ouartilane et Bouandas) en gaz naturel, M. Khebri a précisé que ces coupures sont dûes à des raisons techniques.

Cela est dû à une chute de la pression du gazoduc de ces régions causée par l’augmentation de la consommation, au fait que ces régions soient situées à la limite du réseau et au retard de la réception du 2e gazoduc reliant M’sila à Bordj Bouarreridj visant à renforcer les capacités d’approvisionnement, a-t-il expliqué.

Pour remédier à cette situation, les services du ministère de l’Energie ont augmenté la pression du réseau et élaboré un plan d’urgence pour approvisionner les régions concernées en gaz butane, ce qui a permis de prendre en charge la situation en l’espace de cinq jours, a précisé M. Khebri.

Déplorant les retards accusés concernant plusieurs projets d’approvisionnement des régions éloignées en gaz naturel, le ministre a indiqué qu’ils étaient dus à l’opposition des propriétaires des terres, appelant les autorités de wilayas des régions concernées à « assumer leurs responsabilités, à travers l’application des mesures d’indemnisation de la propriété et le recours à l’aurtorité de la loi si nécessaire ».

« Il est inacceptable que certains citoyens bénéficient d’un raccordement au réseaux du gaz et de l’électricité et privent d’autres citoyens d’en bénéficier, en s’opposant au passage des lignes d’approvisionnement par leurs propriétés », estime le  ministre.

Colloque MDI