Après l’échec de la réunion de Doha: Les prix du baril en baisse

Les cours du pétrole sont en net recul lundi après l’échec de la réunion entre producteurs à Doha qui mine la crédibilité de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) comme régulateur du marché et laisse entier le problème de l’excès de l’offre sur le marché mondial.
Les cours de baril de Brent de la mer du Nord, ont chuté de près de 4,2%, se maintenant au-dessus de 41 dollars le baril. Le contrat mai sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède plus de 4,7% et se traite à 38,45 dollars le baril, selon les données du site Capital.com.
Rappelons que les discussions de Doha entre pays producteurs de pétrole membres de l’Opep ou non membres de l’organisation se sont achevées ce dimanche sans accord sur un gel de la production, l’Arabie saoudite ayant exigé que l’Iran se joigne au mouvement.
La réunion de ce week-end dans la capitale qatarie visait pourtant à parvenir à un accord de gel de la production sur les niveaux du mois de janvier jusqu’en octobre 2016 afin d’enrayer l’excédent d’offre sur le marché. Mais Ryad, chef de file de l’Opep, a insisté pour que tous les pays membres de l’Opep soient partie prenante à ce gel concerté de la production, y compris l’Iran, qui a finalement boycotté la réunion. Pour les spécialistes,  l’échec des discussions souligne l’état déplorable des relations au sein de l’Opep.
Ils estiment également que cet échec est dangereux pour les pays producteurs de pétrole qui ont une forte démographie comme l’Algérie et le Nigeria, l’Angola et dans une moindre mesure le Venezuela car leurs budgets dépendent de leurs revenus pétroliers. Avec des prix bas, ils n’arrivent pas à équilibrer leurs dépenses publiques. Cela peut avoir des conséquences sociales, politiques et géopolitiques et un effet déstabilisateur.
Les cours du pétrole ont accusé une baisse allant jusqu’à 70% par rapport à leurs niveaux de la mi-2014, les pays producteurs pompant entre 1 et 2 millions de barils par jour de plus que nécessaire pour satisfaire la demande, un excédent d’offre qui est venu alimenter les réservoirs de stockage à travers le monde.
Synthèse Imène A.