AccueilLa une3eme forum franco-algérien : Ali Haddad appelle la diaspora nationale à construire...

3eme forum franco-algérien : Ali Haddad appelle la diaspora nationale à construire des passerelles

- Advertisement -

Le président du FCE Ali Haddad  a délivré lors de son intervention au 3éme forum économique franco-algérien un message à l’adresse d’une part les entreprises françaises et d’autre part la diaspora nationale en France pour qu’elle jette des passerelles entre les deux pays. Il a affirmé que «  malgré la crise économique mondiale de ces dernières années, notre coopération se porte bien ; c’est un fait ! Je ne veux pas revenir longuement sur son évolution mais il est bon de rappeler que depuis plus d’une dizaine d’années, cette coopération enregistre un mouvement de croissance quasi continu ». C’est ainsi, a-t-il poursuivi « le volume global de nos échanges est passé de 6 milliards $ en 2003 à 10,3 milliards $ en 2015 après un pic en 2014 de 13,3 milliards $ ».

En estimant que  « la part française dans le volume global des échanges de l’Algérie se situe autour de 12% ; elle est de 20% par rapport à nos échanges avec l’Union Européenne ». Néanmoins, cette coopération devra être plus soutenue et reste en deçà des attentes. A cette effet, le leader des patrons a souligné que  « ces résultats seraient pleinement satisfaisants s’ils étaient par ailleurs mieux renforcés par ceux de l’implantation des entreprises françaises en Algérie ; certes, leur nombre a atteint près de 1900 en 2014, plaçant les entreprises françaises en première position parmi nos partenaires, mais seuls 25% se situent dans l’industrie et le BTP ; le reste est dans le commerce et les services en général ».

The graduate Fair

Pour l’orateur « ces résultats sont appréciables mais nous considérons que nous pouvons faire beaucoup mieux parce que l’économie algérienne possède un grand potentiel de croissance et parce que l’environnement économique en général connaît de profondes mutations, des transformations fondamentales ». En arguant que  « le climat des affaires est remodelé de sorte à permettre aux entreprises de prospérer et d’évoluer. L’Algérie a entrepris depuis plusieurs mois déjà la reconfiguration du cadre juridique des affaires afin de : Réduire la pression fiscale ; Améliorer l’accès au financement et au foncier ;  Moderniser l’administration et assouplir les procédures ; Favoriser la compétitivité des entreprises algériennes et étrangères implantées en Algérie ». Il a estimé que « la situation est donc propice pour donner un nouvel élan à notre partenariat ».Il a insisté sur un partenariat basé sur la confiance mutuelle en indiquant que « l’association que j’ai l’honneur de représenter devant vous, le Forum des chefs d’entreprise, se mobilise activement depuis plusieurs années pour instaurer une relation de confiance entre les entreprises algériennes et les entreprises françaises.

Ce que nous leur demandons, c’est de déployer leurs efforts pour réaliser l’articulation étroite de leurs intérêts dans le cadre d’alliances entre firmes ». Pour le président du FCE, l’urgence réside dans « la nécessité de reconstruire notre industrie sur de nouvelles bases, la doctrine étant le partenariat par le transfert de technologie, la diversification, l’intégration et l’exportation et ce notamment à travers la co-localisation et la coproduction.». Il a par ailleurs lancé  « un appel à nos compatriotes installés en France pour leur dire qu’ils peuvent  contribuer de façon décisive à construire des passerelles entre nos deux pays. Leur double culture est l’une des clés pour une ouverture économique fructueuse ».

Fatma Haouari

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine