Marché pétrolier : les pays de la région MENA doivent maintenir leurs investissements

CARBON CAPTURE

Les prix du baril de pétrole n’arrivent pas à dépasser la fameuse barre des 40 dollars, alors c’est aux pays pétroliers de s’adapter à un pétrole « bon marché ». En effet, un haut responsable du FMI a recommandé aux pays pétroliers de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) de maintenir leurs niveaux d’investissements publics afin de continuer à soutenir la croissance.

Rappelons-le, la crise pétrolière des années 1980 avait fait l’objet de nombreux débats sur les mesures à prendre pour relancer le marché. « Cette période, durant laquelle le brut a baissé à 10 dollars le baril, a été suivie par une décennie de choix difficiles, dont certains, comme la réduction de l’investissement public, ont eu des effets durables dans la région », a-t-il souligné.

MDI Alger

En conséquence, il ne faut pas répéter le même scénario et les mêmes erreurs du passé face à cette nouvelle crise pétrolière. « Les exportateurs ne doivent plus attendre la fin d’une période de pétrole bon marché, mais bien s’adapter à une nouvelle réalité ». Jusqu’à ce jour, les pays exportateurs ont puisé dans leurs importantes réserves financières afin de limiter au maximum l’impact de la chute des prix sur la croissance, mais celles-ci ne sont pas éternelles… Pour preuve, en 2015, la moitié des pays exportateurs de la région MENA ont enregistré des déficits supérieurs à 10% du PIB.

Bessa, Résidence la Pinède