Ordre du jour : « consommer algérien »

A l’heure où le pays prône le « made in Algeria », l’ouverture de la 4ème édition du Salon international de l’industrie alimentaire (SIAG) est une occasion en or de renforcer cet état d’esprit.

Le réflexe de « consommer algérien » doit être une préoccupation de tout citoyen, a déclaré à Oran, Brahim Benabdeselem, vice-président du Forum des chefs d’entreprises (FCE). Il a souligné que « l’Algérie dispose aujourd’hui d’un tissu industriel dans le secteur de l’agroalimentaire qu’il faut renforcer en lui faisant confiance et en consommant algérien ».

Par conséquent, pour relancer l’économie algérienne le remède principal serait de « mettre en scène ce tissu industriel dans d’autres crénaux et le redynamiser afin de pouvoir passer de 5% de PIB à 15% voire 20% à l’horizon 2020 et 2025 ». Pour cela, il faut promouvoir l’industrie alimentaire grâce à la labellisation du produit algérien avec « Bassma Djazaïria » (empreinte algérienne). C’est une façon simple et efficace de pouvoir marquer la différence entre les produits nationaux et ceux importés ou contrefaits.