Nouveau modèle économique : Ali Haddad dévoile les propositions du FCE pour accompagner le gouvernement

Création de pôles économiques d’excellence :

Le président du FCE Ali Haddad à l’occasion de l’ouverture d’un bureau à Ain Defla , aujourd’hui  3 mars, s’est longuement étalé sur le nouveau cap économique qui permettra à l’Algérie de traverser la crise et entamer un nouveau départ basé sur la rationalité et l’autosuffisance alimentaire et énergétique  à travers une panoplie de propositions dont certaines ont déjà montré leurs preuves sur le terrain. Dans une allocution devant un parterre d’hommes d’affaires de la wilaya susmentionnée, le  patron du FCE a émis le vœu d’accompagner le gouvernement dans les nouvelles décisions  à même de projeter l’économie nationale dans un avenir serein devant la crise qui la menace.  Il a déclaré d’emblée que  « la wilaya de Ain Defla de part  sa localisation stratégique dispose d’un atout majeur. Elle constitue un point de ralliement pour la circulation des marchandises. Ce qui la dispose à une dynamique commerciale surtout que la ville est dotée  d’un circuit routier fluide de 300 KM ». Le président du FCE a encensé la wilaya de Ain Defla dont «  le développement locale est patent  dans tous les secteurs à la faveur des différents programmes gouvernementaux et aux efforts consentis par les agriculteurs, producteurs et chefs d’entreprises ». En ajoutant que « le secteur le plus dynamique est indéniablement l’agriculture du fait de la qualité de ses produits agricoles, ses terres fertiles et le savoir-faire de ses producteurs». A cet effet, il a déclaré que « la wilaya est  promise à devenir un pôle d’excellence  en matière d’industrie agroalimentaire ». Et d’enchainer « que toutes ces ressources permettront à la wilaya de devenir leader dans le secteur agricole et l’industrie agroalimentaire dans le cadre d’une chaine complète dans un processus de production, de transformation et d’exploitation ». Mr Haddad a soutenu que « la mise en place d’un tel pôle va permettre sans coup férir de créer des milliers d’emplois et de richesse et d’atteindre l’autosuffisance alimentaire ». Le président du FCE juge capitale «  la création de pôles économiques et  industriels  spécialisés qui ne seront pas indépendants entre eux mais complémentaires ». Il a estimé que «  notre  but est de promouvoir la culture de l’entreprenariat  qui aura certainement un impact positif sur la dynamique que connait le pays depuis plus d’une décennie ». En ajoutant que « notre objectif essentiel et constant  est celui de mettre l’entreprise au cœur de toutes les décisions politiques et économiques du gouvernement ». Le patron du FCE a réitéré son soutien à toutes les initiatives qui œuvrent à encourager la production nationale pour qu’elle soit plus compétitive  afin de couvrir les besoins du marché national et s’imposer sur le marché international ».  En poursuivant «  nous ne pouvons pas nous concentrer sur un seul secteur  et c’est pour cette raison que nous avons émis des propositions dans la contribution que nous avons remis au premier ministre le 15 juillet 2015 et qui résume notre vision globale et rationnelle construite autour de trois piliers pour atteindre le développement économique et qui sont  la sécurité énergétique, la sécurité alimentaire et les technologies numériques ».

Pacte économique et social 

Le président du FCE a réitéré « l’engagement de son entité s’agissant du  pacte économique et sociale en sa qualité de partenaire ». A rappeler que la prochaine tripartite qui aura lieu en juin prochain sera l’occasion pour le FCE de présenter ses propositions. Dans ce sens, Mr Haddad a indiqué que «  les 29 commissions installées au niveau du FCE s’attellent à poursuivre leur travail afin de mettre en place des propositions effectives qui seront abordées dans le cadre des commissions mixtes avec les ministères concernés aux fins de lever les obstacles et les contraintes qui freinent les opérateurs  économiques dans le développement de leurs activités ». Néanmoins, le président du FCE reconnait que « certains écueils ont été aplanis puisque « bon nombre d’entreprises ont pu élever leurs produits à un niveau adapté aux standards internationaux que ce soit dans l’électroménager, l’agroalimentaire ou la production pharmaceutique. Ce qui constitue une fierté pour la production nationale ». Le patron du FCE a souligné que « nous avons célébré, il ya une semaine, le double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et  la naissance de l’UGTA, nous voulons rappeler notre hommage aux travailleurs et aux syndicalistes qui ont consenti d’énormes sacrifices et ont contribué avec force après l’indépendance à relever le défi  de l’édification et la construction du pays en dépit de leur modeste expérience ». En ajoutant que « nous rappelons notre détermination au sein du FCE en tant que partenaire dans le pacte économique et social à poursuivre nos efforts pour la construction de l’Algérie ». Mr Haddad a souligné que « nous voulons réhabiliter le travailleur en tant ressource humaine, base de tout développement durable ».Et d’assurer que « le FCE est disposé à participer à l’élaboration d’une stratégie claire à même de développer l’économie nationale ».

10 entreprises bénéficieront du label Basma Djazairia en mois d’avril prochain

Les produits de 10 entreprises nationales seront estampés du  label « Basma Djazairia » origine algérienne garantie (OAG), c’est ce qu’a annoncé le président du FCE lors de son déplacement à Ain Defla. Il a déclaré à cet effet « que d’autres entreprises ont émis le vœu de participer à cette opération qui commence déjà à donner des résultats en un laps de temps record ». Cette labellisation s’est faite après étude minutieuse de ces produits qui disposent d’une qualité supérieure conforme aux normes internationales. M r Haddad a expliqué que «  « Basma algérienne » est la continuité d’une initiative précédente à savoir « Mantoudj bladi ». Notre objectif, a-t-il soutenu,  est d’encourager la consommation de la production nationale en l’élevant au rang de production de qualité ».

Le 1er afterwork le 7 mars en cours

Jil’FCE organise, le 7 mars  son premier «afterwork» pour l’année en cours.  Selon les organisateurs, Il sera question à cette occasion « de présenter le plan d’action pour l’année 2016. Le programme  tourne autour  de nouvelles solutions et propositions visant à soutenir l’entreprenariat des jeunes ». Sur ce chapitre, le patron du FCE a insisté sur «  la promotion des compétences et le soutien aux jeunes pour la création de leurs micro entreprises  afin qu’ils puissent apporter leurs contribution et leurs idées innovantes dans le paysage économique ».

MDI Alger

Fatma.H

Bessa, Résidence la Pinède