Christine Lagarde appelle les pétromonarchies à remanier leurs systèmes de taxation

Les économies du Golfe « doivent renforcer leurs cadres fiscaux et remanier leurs systèmes de taxation en réduisant leur forte dépendance vis-à-vis du pétrole et en stimulant les sources de revenus non liées aux hydrocarbures », a dit C. Lagarde lors d’un forum à Abou Dhabi, quelques jours après avoir été reconduite à la tête du FMI pour un mandat de 5 ans.

Elle a appelé à l’introduction d’une taxe à la valeur ajoutée dans le Golfe, « idéalement une TVA harmonisée régionalement( …) une telle taxe pourrait faire monter le PIB de 2% », a-t-elle ajoutée.

Mme Lagarde a également appelé à « mettre davantage l’accent » sur des impôts sur les sociétés, ainsi que sur des taxes sur la priorité et autres impôts indirects.

Selon la patronne du FMI, les pays exportateurs de brut du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont vu s’envoler de leurs budgets l’an dernier plus de 340 milliards de dollars de revenus pétroliers, soit 20% de leur PIB combiné.

« Non seulement, les prix du pétrole ont chuté d’environ deux-tiers (…) mais aussi l’offre et la demande font penser qu’ils vont rester bas pour une période prolongée », a-t-elle prédit.

R.A.E

MDI Alger