HomeActualitéInternationalPétrole: Réunion de pays producteurs à Téhéran

Pétrole: Réunion de pays producteurs à Téhéran

Les ministres du Pétrole de l’Iran, de l’Irak, du Venezuela et le ministre qatari de l’Energie ont entamé mercredi à Téhéran une réunion au lendemain de la décision de Ryadh, Moscou, Caracas et Doha de geler le niveau de production, selon l’APS.

« Afin de stabiliser les marchés pétroliers », l’Arabie, la Russie, le Qatar et le Venezuela « sont convenus de geler la production à son niveau de janvier, pourvu que les autres grands producteurs fassent de même », avait déclaré mardi le ministre qatari Mohammed Saleh al-Sada, président de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Dès hier, l’Iran avait rejeté le gel du niveau de sa production. « L’Iran ne renoncera pas à son quota » malgré une surabondance de l’offre sur le marché, avait déclaré le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namadar Zanganeh. Il avait alors annoncé qu’il se réunirait avec ses homologues irakien et vénézuélien mercredi à Téhéran, où le ministre du qatari s’est joint à la réunion.

« L’Iran n’a aucune responsabilité dans la situation actuelle du marché », a déclaré pour sa part Mehdi Assali, directeur du ministère du Pétrole pour les affaires de l’Opep au quotidien iranien Shargh. « Dès la fin des sanctions, le ministre a écrit une lettre à l’Opep pour l’informer que nous allions revenir à notre niveau de production d’avant les sanctions », a-t-il ajouté, en référence aux sanctions économiques internationales qui ont été levées en janvier en vertu d’un accord avec les grandes puissances sur le nucléaire iranien.

Les pays qui produisent plus que leurs quotas « doivent baisser leur production sans attendre quoi que ce soit de la part de l’Iran », a-t-il ajouté. Après la fin des sanctions à la mi-janvier, l’Iran a annoncé une augmentation immédiate de sa production de 500.000 barils par jour et de 500.000 b/j supplémentaires d’ici fin 2016.

L’Iran produit actuellement un peu plus de 2,8 millions de barils de pétrole par jour (mbj) dont environ un mbj sont exportés. Téhéran veut ainsi récupérer ses parts du marchés perdues depuis le renforcement des sanctions par l’Union européenne et les Etats-Unis à partir de 2012.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine