Marchés des capitaux africains: la Bourse d’Alger à la traîne

La Bourse d’Alger – qui ne compte que quatre sociétés cotées – n’arrive toujours pas à sortir de sa longue léthargie au moment où des places boursières africaines font montre de dynamisme et ne cessent de monter en cadence.

A en croire le cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) qui a publié début février un rapport sur les performances des marchés des capitaux africains intitulé «2015 Africa Capital Markets Watch», les fonds levés en 2015 sur les marchés des actions africains ont progressé en dépit de la baisse des indices de la plupart des bourses du continent.

Les entreprises africaines ont en effet levé 12,7 milliards de dollars sur les marchés des actions durant l’année écoulée contre 11,2 milliards en 2014, précise le rapport.

Pas moins de 28 introductions en bourse (IPO) ont été réalisées l’an passé, permettant aux entreprises de lever 1,99 milliard de dollars contre 25 IPO en 2014 (1,70 milliard).

Un premier semestre meilleur que le deuxième

Et 72% de ces IPO ont été réalisées durant le premier semestre 2015, ce qui reflète la baisse de la confiance des entreprises dans les perspectives de croissance durant la seconde moitié de l’année dans un contexte de baisse des cours des matières premières et de ralentissement de l’économie chinoise, indiquent les rédacteurs du rapport.

Les opérations secondaires (Follow-on Offering, FO ou levées de fonds supplémentaires réalisées par des entreprises déjà cotées) ont été prédominantes. 91 opérations de ce genre ont été recensées par PwC en 2015 pour des levées de fonds de 10,71 milliards de dollars contre 9,47 milliards en 2014.

Cette hausse s’explique essentiellement par la FO réalisée par Naspers sur le Johannesburg Stock Exchange.

Entre 2011 et 2015, PwC a recensé 105 IPO et 336 opérations secondaires pour des levées de fonds globales de 41,3 milliards de dollars.

L’Afrique du Sud en tête

En 2015, c’est le Johannesburg Stock Exchange qui a enregistré le plus grand nombre d’IPO (12). L’Egyptian Stock Exchange arrive en deuxième position avec 4 IPO, devant les places de Tunis (2) et d’Accra (2). Six marchés ont enregistré une seule introduction : Maroc, Nigeria, Kenya, Rwanda, Botswana et Tanzanie.

Aucune introduction n’a eu en lieu sur la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM), la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) ainsi que sur les places ougandaise, mauricienne, mozambicaine et zambienne.

En termes de capitaux levés lors des IPO, la Bourse égyptienne arrive en première position avec 752 millions de dollars contre 658 millions pour Johannesburg. Viennent ensuite la Bourse de Casablanca (74 millions de dollars) et la Bourse de Tunis (43 millions de dollars).

D’autre part, les marchés africains ont enregistré l’an passé 47 opérations d’émission de titres dette par des entreprises ou des Etats, pour des levées de fonds globales de 19,3 milliards de dollars (13,59 milliards de dollars pour les émissions souveraines et 5,70 milliards pour les émissions réalisées par des entreprises).

MDI Alger

Sur les cinq dernières années (2011-2015), les émissions de titres de dette par les Etats et les entreprises en Afrique ont atteint 489 opérations ayant permis la levée de 110,2 milliards de dollars, relève le rapport de PwC.

Bessa, Résidence la Pinède