Les inquiétudes sur la croissance mondiale mettent les places boursières sous pression

Les inquiétudes sur la croissance mondiale et secteur bancaire secouaient à nouveau les Bourses mardi, notamment celle de Tokyo qui a chuté de 5,40%, et dans une moindre mesure les places européennes et New York.

Après un sursaut aussi limité qu’éphémère à l’ouverture pour les principales Bourses européennes, la morosité a vite repris ses droits et la plupart ont accentué leurs pertes à la mi-journée, avant de limiter un peu la casse. Vers 15H00 GMT, Paris perdait 1,20%, Francfort 1,24%, Madrid 2,06%, Milan 1,80% et Londres 0,90%.
De son côté, la Bourse de New York a ouvert en nette baisse, perdant autour de 1%. La journée avait débuté par la dégringolade de la Bourse de Tokyo de 5,40% à la clôture.

De multiples facteurs dépriment les marchés, entre faiblesse persistante des prix du pétrole, indicateurs économiques moroses et désormais chute des valeurs bancaires.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a pour rappel, battu en brèche mardi les espoirs d’une remontée des prix du pétrole à court terme, confirmant que le monde devrait rester submergé d’or noir face à une demande fragile. Au-delà du pétrole, « le stress sur le secteur bancaire prend de plus en plus d’ampleur et le risque de propagation est bien présent », prévient un analyste chez Mirabaud Securities.

Les valeurs bancaires souffraient, comme la veille. Deutsche Bank perdait 4,20% à Francfort, Intesa Sanpaolo 6,07% et Unicredit 7,90% à Milan malgré un bénéfice net en recul mais meilleur que prévu en 2015, et Société Générale 3,96% à Paris.
Le secteur « fait face à de nombreux problèmes » dont une baisse des profits, une économie mondiale qui ralentit et des taux négatifs à travers la planète, réduisant de ce fait leur capacité à améliorer leur rentabilité au moment où la réglementation leur demande de renforcer leurs fonds propres, explique-t-on

MDI Alger

Source AFP

Bessa, Résidence la Pinède