La gouvernance d’entreprise : plus qu’une pratique de management, une nécessité

La complexité croissante de l’environnement économique ainsi que le contexte de globalisation ont pas mal secoué les méthodes de management déjà bien établies. Ces dernières tentent de répondre à cette problématique par une quête de performance toujours plus prononcée.

Cette performance est, certes, en grande partie déterminée par les compétences des managers, mais elle est aussi due aux règles et méthodes de gestion adoptées et au cadre juridique, économique et politique de la société. C’est ainsi qu’aujourd’hui, les pratiques de management ne s’occupent pas seulement des aspects internes à l’entreprise mais aussi des aspects d’environnement et d’économie générale, autrement dit de la problématique de gouvernance d’entreprise.

Définition de la gouvernance d’entreprise

Le concept de gouvernance d’entreprise répond à la question de la prise de décision efficace au sein d’une organisation. Il s’agit d’une forme de pilotage multi parties prenantes. Dans ce cadre, les décisions ne sont plus le fait d’un unique décideur mais bien le fait de la concertation entre les différentes parties prenantes d’une entreprise.

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) considère que c’est « l’ensemble des mécanismes organisationnels qui ont pour effet de délimiter les pouvoirs et d’influencer les décisions des dirigeants, autrement dit, qui « gouverne » leur conduite et définit leur espace discrétionnaire ». La gouvernance d’entreprise fait donc référence aux relations entre la Direction d’une entreprise, son Conseil d’administration, ses actionnaires et d’autres parties prenantes.

De manière plus large, la gouvernance peut être entendue, comme l’organisation et la répartition des pouvoirs entre les différentes instances d’une entreprise. Plus précisément, il s’agit de l’ensemble des procédures et structures mises en place pour diriger et gérer les affaires d’une entreprise de façon à assurer transparence et équilibre des pouvoirs entre le management, les propriétaires de l’entreprise et leurs élus à l’assemblée générale, et les administrateurs. Elle détermine également la structure par laquelle sont définis les objectifs d’une entreprise, ainsi que les moyens de les atteindre et d’assurer une surveillance des résultats obtenus.

Gouvernance et nouvelles technologies de l’information

Dans le monde de la gestion, cette vision générale de la gouvernance d’entreprise peut se décliner au niveau des technologies de l’information on parle alors de la gouvernance des systèmes d’information.

Dans ce cadre, la gouvernance correspond à un ensemble de moyens qui concourent à un pilotage efficient et une mise en synergie de toutes les composantes de son système d’informations afin d’en tirer une performance maximum, la finalité étant d’assurer aux dirigeants de l’entreprise ainsi qu’aux actionnaires que la fonction « système d’informations » est parfaitement gérée en alignement avec les objectifs stratégiques de performance.

La gouvernance du système d’informations se définit au travers de cinq dimensions : l’alignement stratégique avec les objectifs de l’entreprise, la création de la valeur, la gestion des ressources, la gestion des risques et la mesure de la performance.

Quant aux outils méthodologiques, la gouvernance des systèmes d’informations s’appuie sur la gestion du budget, sur la gestion des projets, sur les priorités et les SLA (niveaux de services), sur la gestion des temps ; et enfin sur la gestion des ressources humaines et sur le mangement du changement.
Nous l’aurons compris la gouvernance et plus particulièrement la gouvernance des systèmes d’information ne sont pas des termes à la mode et encore moins des modes de gestion en cours d’expérimentation, il s’agit bel et bien d’une nécessité, une source de création de la valeur pour une entreprise et une contribution à son succès.

Nabila Ouerdane