Marchandise importée en 2015 : Hausse de 1,5% des prix au cours des neuf premiers mois

Les prix moyens à l’importation de marchandises connaissent une augmentation de 1,5% au cours des neuf premiers mois de l’année 2015 par rapport à la période de même nom de l’année 2014 relève l’Office national des statistiques (ONS).
La hausse des prix à l’importation a touché tous les groupes de produits à l’exception des groupes «produits alimentaires» (-1,5%) et «équipements agricoles» (-3,9%).

Les groupes ayant connu les plus fortes augmentations sont les groupes «produits bruts» (+39,8%) et «biens de consommation» (16,8%). Tous les autres groupes de produits connaissent une évolution se situant entre 0,6% et 5,2%.
« Les évolutions en glissement annuel montrent que les prix à l’importation de marchandises sont entrés dans une phase de baisse même si on enregistre des accroissements qui demeurent faibles par rapport à ceux enregistrés sur les périodes précédentes » constate l’ONS.

Pour l’année 2015, le glissement annuel montre une tendance à la baisse des prix à l’importation pour les sept premiers mois (exception faite pour les mois de mars et mai) et un retournement de tendance à partir du mois d’août où l’ONS enregistre sur deux mois consécutifs une augmentation en glissement annuel supérieure à 5%.
Les évolutions mensuelles de l’indice des valeurs unitaires (mois après mois) montrent également que les variations de prix à l’importation présentent un profil plus stable comparativement aux périodes précédentes.

Tassement des importations de produits alimentaires

En valeurs nominales, les importations de marchandises, pour les neuf premiers mois de l’année 2015 sont évaluées à 3848,9 milliards de DA contre 3493,2 milliards de DA à la même période de l’année 2014, soit une hausse de 10,2 %. « Cette augmentation en valeurs courantes concerne toutes les catégories de produits et a été particulièrement importante pour les demi-produits et les équipements industriels qui représentent une part importante des importations de marchandises (près de 57% du total des importations) » précise l’ONS.

Le fait notable est le tassement des importations de produits alimentaires qui n’augmentent que de 1,3% et celui des biens de consommation industriels qui n’augmentent que de 3,7%. Pour le premier groupe (produits alimentaires), la croissance modérée est expliquée par la baisse des prix à l’importation (-1,5%) et pour les biens de consommation, la croissance modérée en valeurs courantes est due à la baisse en volume puisque les prix à l’importation de ce groupe d’utilisation évoluent de 16,8%.

L’Union Européenne demeure le principal fournisseur de l’Algérie

L’Union Européenne demeure le principal fournisseur de l’Algérie, puisque les importations en provenance de cette zone représentent 48,5% du total des importations de marchandises, soit 1867 milliards de DA en augmentation de 4% par rapport au neuf premiers mois de l’année précédente.
L’Asie est désormais le deuxième fournisseur de l’Algérie avec une part de 25% des importations totales et les importations en provenance de cette zone géographique sont en croissance rapide, soit 21% par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2014.
La seule zone géographique pour laquelle est enregistrée une baisse des importations de marchandises est l’Amérique Latine avec un recul de 16% par rapport à la même période de l’année précédente.

Les importations en volume connaissent un accroissement de 8,6%

Au cours des neuf premiers mois de l’année 2015, les importations en volume connaissent un accroissement de 8,6% par rapport à la même période de l’année 2014.
Les croissances en volume sont particulièrement importantes pour les groupes de produits qui pèsent dans la structure des importations de marchandises: demi-produits et équipements industriels avec des taux de croissance en volume de 11% et 16,2% respectivement.
La baisse en volume a touché les groupes d’utilisation « produits bruts », biens de consommation et « matières premières, énergie et lubrifiants» avec respectivement 15,9%, 11,2% et 0,4%.
L’ONS note que les importations de produits alimentaires connaissent un taux de croissance en volume de 2,8%.

K.L