Plus des 2/3 des entreprises en Algérie se plaignent de la corruption

Les deux tiers des entreprises ont Algérie s’attendent à « offrir des cadeaux à des fonctionnaires » pour obtenir ce dont elles ont besoin, selon un sondage réalisé auprès de 600 compagnies dans le cadre d’une étude publiée par la Banque Mondiale.
Près de 35 % s’attendent à le faire pour obtenir un contrat gouvernemental (la valeur du cadeau serait de 4,1% du montant du marché) et la même proportion pour obtenir une licence d’importation. Par ailleurs, 15% des entreprises indiquent s’attendre à le faire lors de réunion avec des agents des impôts. Plus de 14% des transactions publiques impliquent la demande d’un pot-de-vin. Enfin, plus de 64% des entreprises interrogées reconnaissent la corruption comme un obstacle majeur aux affaires.
Au niveau mondial, l’étude démontre que plus de 20% des transactions avec des administrations publiques se soldent par une demande de pot-de-vin dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Un niveau largement supérieur à la moyenne mondiale qui fait état d’une transaction sur sept impliquant des pots de vin.
L’étude a été menée auprès d’entreprises dans 137 pays. La région MENA représente la deuxième région où l’implication des administrations publiques dans le versement des pots-de-vin est la plus élevée après l’Asie du Sud où l’on compte 21% des transactions touchées par ce phénomène.

I. K

MDI Alger