Hausse des taux de la FED : bonne nouvelle pour l’Algérie ?

La Réserve fédérale américaine a relevé son taux directeur de 25 points de base à 0,25% – 0,50%. Ceci constitue la première hausse depuis 10 ans. Les marchés ayant anticipé ce resserrement de taux ont déjà répercuté cette hausse des taux sur la valeur du dollar.
Après avoir maintenu ses taux à zéro pendant 7 ans, la FED considère aujourd’hui que ses objectifs (la réduction du chômage et une inflation de 2%) sont en passe d’être atteints. Mme Yellen, qui dirige la FED explique ainsi que des taux à zéro laissaient très peu de marge de manœuvre et que les condition étaient aujourd’hui atteintes pour une « hausse des taux graduelle ».
Nos confrères des Echos parlent ainsi de « fin de l’argent gratuit ».

Une opportunité pour l’Algérie ?

Beaucoup de pays émergents redoutent la remontée des taux US qui risquent de provoquer une ré-allocation de beaucoup de fonds initialement investis dans ces pays. La Chine a, par exemple, connue une sortie de fonds de 82,7 milliards USD pour le seul mois de novembre. Cependant, la Chine, même s’il s’agit du premier détenteur de bons du trésor américain, n’a pas à redouter le phénomène outre mesure, compte-tenu de la robustesse de son Economie.
Pour l’Algérie, dont l’essentiel des réserves de changes est placé en bons du trésor américain, cette hausse signifie plus de revenu. Le pays n’étant que peu sensible aux retraits d’investisseurs étrangers (du fait du niveau encore faible d’IDE), la seule crainte pourrait être l’effet de la hausse du dollar sur le prix du baril. Et là encore, l’essentiel de nos importations étant libellées en euros, une hausse de la monnaie américaine par rapport à l’Euro serait une bonne nouvelle supplémentaire, nos revenus extérieurs étant issus en grande partie de la vente du pétrole libellée en dollar.

MDI Alger

M.E.

Bessa, Résidence la Pinède