La chute du dinar hypothèque les investissements d’Algérie Télécom

La dévaluation du dinar risque de remettre en question près d’un tiers des investissements de l’opérateur historique Algérie Telecom qui envisage de recourir à l’emprunt bancaire pour compenser l’impact de la crise sur ses finances.
Le PDG de l’entreprise Azouaou Mahmel a fait savoir qu’une dépréciation de 30% de la valeur du dinar, c’est 30% des projets de l’entreprises qui sont hypothéquées. AT dispose d’un plan d’investissement de 40 milliards de dinars mais ne compte jusque là que sur ses fonds propres. La remise en cause d’une partie des investissements aura un impact direct sur la qualité du service internet. Selon le PDG en effet, certains réseaux ont besoin d’être remplacés et l’essentiel des équipements est importé.
L’une des options retenue par l’entreprise pour poursuivre ses investissements est le recours à l’endettement. « Si nous n’arrivons pas à financer nos projets avec la quarantaine de milliards réservés a l’investissement, nous allons recourir à un prêt extérieur », a déclaré le PDG.
Parmi les projets d’investissement à venir, la réalisation d’un troisième cable sous marin reliant Oran à Valence pour augmenter la capacité de la bande passante. Le montant du projet est estimé à plus de 30 millions d’euros.
Imane Kacem

Bessa, Résidence la Pinède