Gestion d’entreprises : comment protéger sa E-réputation

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, la question relative à la réputation des personnes et des entreprises sur le web, appelée communément e-réputation,  devient une préoccupation des acteurs économiques. A cet effet, une conférence intitulée Social cooling : maitriser sa E-réputation jusqu’au conformisme !, a été organisée ce mardi lors de la 2ème journée du Salon international Algeria IT Expo au CIC d’Alger.

Mme. Nacima Lamlichi-Elkilani, avocat spécialiste de la propriété intellectuelle et des nouvelles technologies, définit l’E-réputation comme « c’est une image numérique qui peut concerner d’une personne physique ou morale, un produit ou une marque sur internet. C’est la perception d’une évaluation sociale».

EFTG

Elle est revenue sur le contexte juridique en Algérie sur la protection des données, notamment la loi de novembre 2004 relatives aux atteintes aux systèmes de traitement automatisé des données, alors que la loi sur la protection des données personnelles est toujours en discussion au parlement. Malgré l’absence d’un cadre juridique encadrant l’activité des sites marchands, « le E-commerce se développe en Algérie », a-t-elle précisé.

Elle a rappelé que « le E-paiement n’est pas une obligation ou condition du commerce en ligne, car on peut payer à la livraison. Mais le projet de loi de finances 2018 sur la carte interbancaire va instaurer une obligation pour tous les commerçants d’avoir un terminal de paiement électronique ».

Pour prévenir les risques d’atteintes, Mme Lamlichi-Elkilani, conseille de protéger l’identité numérique de la marque, de définir une stratégie digitale et d’encadrer la liberté d’expression des salariés. Elle conseille également aux entreprises de mettre en place une stratégie de veille qui leur permettra de répondre de manière quasi-instantanée aux doléances des clients. « Une stratégie digitale permet de diminuer les risques et d’avoir une bonne gestion de crise », a-t-elle rappelé.

Mme. Nour Bouakline, consultante et formatrice en marketing digital, définit la notion de social cooling comme : « un effet refroidissant d’économie de la réputation et de la surveillance sur l’expression et l’exploration des idées ».

 Cette nouvelle tendance découle d’un changement imposé par le big data et les des données dérivées suite à nos comportements sur internet, car «on laisse des traces digitales en faisant des recherches sur internet. Ce comportement donne une tendance sociétale, ce qui permet aux entreprises de vendre ces données », a précisé Mme. Bouakline.